Imprimer
Catégorie parente: Arts & métiers
Catégorie : Pâtisserie
S. m. (Pâtisserie) c'est un morceau de pâte façonné et cuit au four sans autre appareil. Il y en a d'une infinité de façons, selon les différents ingrédiens qu'on unit à la pâte, ou dont on fait même des gâteaux en entier : tels sont les gâteaux d'amandes, faits d'amandes, de sucre et d'œufs ; les gâteaux de Compiègne, qui ne diffèrent des gateaux d'amandes que par un levain particulier ajouté aux autres ingrédiens, etc. Les gâteaux prennent aussi des noms différents de la manière dont ils sont travaillés ; ainsi il y a des gâteaux feuilletés, ou dont la pâte extrêmement pliée et repliée sur elle-même, se sépare en cuisant, et se met en feuillets menus et legers ; les gâteaux à la reine, etc.

GATEAU, terme de Chirurgie, petit matelas fait avec de la charpie, pour couvrir la plaie du moignon dans les pansements, après l'amputation des membres. On étend sur le gâteau les médicaments digestifs, mondifiants, détersifs, etc. que prescrit l'état des chairs, et la nature de la suppuration. L'on se sert encore d'un gâteau ou grand plumaceau, pour panser la plaie qui reste après l'extirpation d'une mammelle : mais dans l'un et dans l'autre cas, les praticiens rationnels préfèrent aujourd'hui l'usage de plusieurs plumaceaux moins étendus ; on les ajuste mieux aux différentes inégalités de la plaie, qu'un grand plumaceau d'une seule pièce ; on n'est pas obligé de la découvrir tout-à-la-fais en entier, et de l'exposer par-là aussi longtemps à l'action de l'air, toujours pernicieux aux plaies trop longtemps découvertes, quelque précaution qu'on puisse prendre pour en prévenir les mauvais effets (Y).

GATEAU, (Chimie métalliq.) on nomme ainsi les lingots en plaque. Voyez LINGOT.

* GATEAU, (Fond.) les Fondeurs appellent ainsi les portions de métal qui se figent dans le fourneau après avoir été fondues. Cet accident vient, ou de ce que le métal est tombé à froid dans le fourneau où il y en avait déjà de fondu, ou bien de ce qu'il est entré dedans une fumée noire, épaisse et chargée de beaucoup d'humidité ; ou bien de ce que la chaleur s'est ralentie dans le fourneau ; ou enfin de ce qu'un air trop froid, qui a passé à-travers les portes du fourneau, a rafraichi tout-à-coup le métal. Le gâteau se forme encore lorsque l'aire du fourneau se trouve au rez-de-chaussée et sur un terrain humide ; et pour lors il ne reste d'autre remède que de le rompre, pour en tirer le métal et le faire fondre de nouveau. Voyez FONDERIE.

GATEAU, (Sculpture). Les Sculpteurs nomment ainsi les morceaux de cire ou de terre applanis, dont ils remplissent les creux et les pièces d'un moule où ils veulent mouler les figures.




Affichages : 2131