Tapisserie

S. f. (Tapisserie) grosse tapisserie, qui se fabrique avec différentes sortes de matières filées, comme bourre de soie, laine, coton, chanvre, poil de bœuf, de vache, ou de chèvre. C'est proprement un tissu de toutes ces sortes de fils, dont celui de la chaîne est ordinairement de chanvre, qui se manufacture sur le métier à-peu-près comme la toile. Quelques-uns prétendent que le nom de bergame lui a été donné, de ce que les habitants de Bergame en Italie en ont été les premiers inventeurs.

Rouen et Elbœuf fournissent une quantité considérable de bergames de toutes les couleurs et nuances ; les unes en façon de point d'Hongrie ; les autres à grandes barres chargées de fleurs et d'oiseaux, ou d'autres animaux ; d'autres à grandes et petites barres unies, sans aucune façon ; et d'autres qu'on appelle chine et écaille, parce qu'elles sont remplies de façons qui imitent le point de la Chine et les écailles de poisson. Il s'en fait une sorte particulière à Rouen, que l'on nomme tortin, à cause qu'il y entre de la laine torse. Il s'en fait aussi quelques-unes à Toulouse. Les hauteurs les plus ordinaires des bergames sont une aulne et demie, une aulne trois quarts, deux aulnes, et deux aulnes et demie. Il s'en fait néanmoins quelques-unes de deux aulnes trois quarts ; mais cette dernière hauteur est peu commune, ne s'en faisant guère que pour les marchands qui les commandent ; il y en a de fines, de moyennes, de grosses, ou communes. Ceux qui en font commerce sont les marchands Merciers, les Tapissiers, et les Fripiers ; mais il n'y a guère que les premiers qui les tirent directement des lieux où elles se fabriquent.

S. f. (Tapisserie) barre de bois, ainsi appelée par les basse-lissiers ou ouvriers en tapisseries de basse-lisse, qui traverse leur métier d'une roine à l'autre, et qui soutient les sautriaux où sont attachées les cordes des lames. Voyez BASSE-LISSE.
S. f. (Marchand, Tapisserie) c'est la partie d'un lit qui le couvre depuis le chevet jusqu'aux pieds, quand il est fait, et qui descend jusque sur les soubassements. Les courtepointes se font des étoffes les plus riches et les plus simples ; il y en a d'hiver et d'été, les unes légères, les autres chaudes, et souvent piquées.
S. f. (Tapisserie) c'est la grosse toile qui couvre la matière dont ils embourrent quelques meubles, tels que les tabourets, les chaises, les fauteuils, etc. l'étoffe s'étend ensuite sur l'embourrure.
subst. m. pl. (Tapisserie) terme de Haute-Lissier. Ce sont des fiches ou morceaux de fer qui ont un crochet à un des bouts : ils servent à soutenir cette partie du métier des Haute-Lissiers, qu'on appelle la perche de lisse, c'est-à-dire cette longue pièce de bois avec laquelle les ouvriers bandent ou lâchent les lisses qui font la croisure de leur tapisserie. Voyez HAUTELISSE. Dictionn. du Commerce et de Trév.
& BASSE-LISSE, voyez l’article TAPISSERIE.
verb. act. (Tapisserie) il se dit de l'action de nettoyer les tapisseries et autres meubles, avec un balai à long manche.
S. m. (Tapisserie) balai fait de branches ou de bouleau, ou de longues soies de sanglier, de porc, ou de plumes d'ailes de poules, de cannes, de coqs, etc. dont on se sert pour housser les planchers, les murailles, les tapisseries, etc.
S. m. (Ancien nom des Tapissiers) ce nom se disait autrefois, et s'entend encore dans les statuts de divers artisans, particulièrement dans ceux des Tapissiers de la ville de Paris, de toutes sortes d'ouvrages de tapisserie qui se font en Orient, comme les tapis de Turquie et de Perse. C'est, à ce qu'on croit, sur ces ouvrage, ainsi nommés du nom des Sarrasins, contre lesquels les Chrétiens ont fait tant de croisades, que ces derniers ont pris le modèle des hautes et basses lisses, qui ont continué depuis ce temps-là de se fabriquer en Europe. Les Tapissiers de Paris s'arrogent la qualité de maîtres tapissiers de haute-lisse sarrasinais, et de rentraiture, etc. (D.J.)
v. act. (Tapisserie) c'est tendre une tapisserie et en couvrir les murailles d'un appartement ou quelqu'autre endroit. C'est ordinairement l'emploi des maîtres tapissiers et de leurs garçons. Voyez TAPISSIER.