Menuiserie

S. m. (Menuiserie et Charpenterie) planche de chêne ou de sapin à l'usage de la Menuiserie : on nomme les ais, entrevouts, lorsqu'ils servent à couvrir les espaces des solives, et qu'ils en ont la longueur sur neuf ou dix pouces de large, et un pouce d'épaisseur. Cette manière de couvrir les entrevouts était fort en usage autrefois : mais on se sert à présent de lattes que l'on ourdit de plâtre dessus et dessous ; cela rend les planchers plus sourds, et empêche la poussière de pénétrer ; ce qu'il est presqu'impossible d'éviter dans l'usage des ais de planches, qui sont sujets à se fendre ou gercer : ces entrevouts de plâtre ne servent même aujourd'hui que pour les chambres en galetas : on plafonne presque toutes celles habitées par les maîtres ; ce qui occasionne la ruine des planchers, les Charpentiers trouvant par-là occasion d'employer du bois vert rempli de flaches et d'aubier ; au lieu qu'on voit presque tous les planchers des bâtiments des derniers siècles subsister sans affaissement ; le bois étant apparent, ayant une portée suffisante, étant bien équarri, quarderoné sur les arêtes et les entrevouts, garni d'ais bien dressés et corroyés, ornés de peintures et sculptures, ainsi que sont celles de la grande galerie de Luxembourg à Paris.

S. m. (Menuiserie) est la pente ou inclinaison du fer d'un rabot, d'une varlope, et généralement de tous les outils de Menuisier qui sont montés dans des fûts, et qui servent tant à dresser le bois qu'à pousser des moulures. La pente que l'on donne à ces fers dépend de la dureté des bois ; pour les bois tendres elle forme avec le dessous du fût un angle de douze degrés, et pour les bois durs elle forme un angle de dix-huit degrés. On remarque que plus l'angle est aigu, plus il a de force ; à moins que le bois ne soit si dur, qu'il ne puisse être coupé. Dans ce cas, le fer se place perpendiculairement au fût ; et au lieu de couper, il gratte.
S. m. (Menuiserie, Charpenterie et Tourneur) menu bois enlevé à l'instrument par ces ouvriers, lorsqu'ils donnent aux pièces les formes convenables. Les gens du commun en achetent par sachées, parce qu'il est commode pour allumer le feu promtement. Les marchands de vin s'en servent pour éclaircir leurs vins qu'ils jettent dessus. Les Tabletiers, Peigners, donnent le même nom aux morceaux de bois plats, débités à la scie, menus et carrés, et prêts à être refendus en peigne. Voyez PEIGNE.
ou COUCHETTE, s. f. (Menuiserie) se dit du bois de lit avec toutes ses pièces, et disposé à recevoir les matelas.

COUCHE DES NERFS OPTIQUES, en Anatomie, sont deux éminences ovales, situées dans la partie moyenne et postérieure des ventricules latéraux du cerveau. Voyez CERVEAU.

Elles sont ainsi appelées, parce que les nerfs optiques en viennent. Voyez OPTIQUES. (L)

S. m. (Menuiserie) c'est une partie de lambris qui couvre l'épaisseur des murs des croisées et des portes.
S. f. (Menuiserie) espèce de hache un peu recourbée, à l'usage des Menuisiers ; ces ouvriers s'en servent pour dégrossir leur bois.
ou ESCABELLE, s. m. (Menuiserie) petit siège de bois, carré, qui n'est ni couvert ni rembourré, qui n'a ni bras ni dossier, et dont on usait autrefois dans les salles à manger au lieu de chaises. Ce mot est quelquefois synonyme à marchepié.
S. m. (Menuiserie) outil qui sert aux Charpentiers et aux Menuisiers, à dégauchir les bois, et à former une feuillure sur les rives suivant le gauche, en la rendant plus profonde d'un bout que de l'autre ; et cela se connait en posant les règlets à pieds dessus lesdites feuillures. Voyez les figures de Menuiserie.

Il y a le feuilleret à petit bois, c'est celui qui sert pour faire les feuillures pour les vitres des croisées.

v. n. (Menuiserie) il se dit des faces ou parements de quelque pièce de bois ou ouvrage, lorsque toutes les parties n'en sont pas dans un même plan ; ce qui se connait en présentant une règle d'angle en angle : si l'angle ne touche point par-tout en la promenant sur la face de l'ouvrage, l'on dit que cette face a gauchi. Une porte est gauche ou voilée, si quand on la présente dans ses feuillures qui sont bien d'à-plomb, elle ne porte point par-tout également.
S. m. (Menuiserie) espèce de rabot ; il y en a de plusieurs façons : il y a le gorget portant un carré, le gorget portant double carré : ces outils servent aux Menuisiers pour faire les gorges des moulures.