Bourrelier

S. f. Il y a chez les Potiers de terre deux instruments de ce nom : l'un est un petit morceau de bois qu'ils mettent entre leurs doigts, et qu'ils appliquent aux bords de l'ouvrage pour l'enlever de dessus la roue ; l'autre est de fer, a la forme d'une plaque mince, et de trois ou quatre pouces en carré, est percé d'un trou dans le milieu pour pouvoir être tenu ferme, est tranchant par une de ses faces, et sert au potier à diminuer d'épaisseur son ouvrage.

ATTELLES ou ATTELLOIRES, terme de Bourrelier ; ce sont deux espèces de planches chantournées, beaucoup plus larges par en-haut que par en-bas, que les bourreliers attachent au-devant des colliers qui doivent servir aux chevaux de charrettes et de charrues. Les attelles sont ordinairement faites de bois de chêne, et on les peint quelquefois.

S. f. terme de Bourrelier. Voyez COUSSINET.

BRICOLE, terme de Paumier ; jouer de bricole, c'est faire frapper la balle contre un des murs de la longueur du jeu de paume.

BRICOLE, terme de jeu de Billard : on dit qu'une bille en frappe une autre par bricole, lorsqu'au lieu d'être poussée directement contre elle, elle ne vient la rencontrer qu'après avoir frappé la bande du billard, et avoir été renvoyée par cette bande.

S. f. (Bourrelier) ce sont des bandes de cuir plus ou moins longues ou larges, dont les Selliers et les Bourreliers se servent pour attacher quelque chose à leurs ouvrages.

terme de Bourrelier, c'est une partie du harnais des chevaux, tant de monture que de tirage, qui consiste en une espèce de bourrelet, garni de bourre ou de crin qui passe sous la queue du cheval, et tient à une bande de cuir fendue en deux parties par le bout : cette bande est la suite du surdos dans les chevaux de tirage, et elle est attachée dans les chevaux de selle par une boucle à un crampon de fer, enfoncé dans l'arçon de derrière de la selle. La croupière sert à empêcher que par le mouvement que le cheval fait en marchant, le harnais ou la selle ne vienne trop en-devant. Voyez C C, fig. 1 et 2. Pl. du Bourrelier.

S. m. en terme de Bourrelier ; c'est la partie de la croupière qui est faite en rond, et sur laquelle pose la queue du cheval. Voyez CROUPIERE. (V)
S. f. terme de Bourrelier ; c'est une partie du harnais des chevaux de brancart, qui consiste en une bande de cuir fort large, qui passe sur la selle du cheval, recourbée par les deux extrémités, de manière qu'elle a à chaque bout une ouverture dans laquelle on fait entrer les deux brancarts. L'usage de la dossière est de soutenir les brancarts toujours à la même hauteur ; elle contribue aussi à faciliter au cheval les moyens de trainer la chaise ou la charrette. Voyez les Planches du Bourrelier.
ou LICOL, s. m. terme de Bourrelier-Sellier, c'est un harnais de tête dont on se sert pour attacher les chevaux dans l'écurie, et le licol est composé de quatre pièces, savoir une muselière, une têtière, deux montants qui joignent la muselière à la têtière, qui d'ailleurs sont jointes sous la gorge par un anneau auquel est assujetti une longe de corde, de cuir, ou de crin, par laquelle on attache le cheval à l'auge ou au ratelier. Voyez les Planches.
terme de Bourrelier, est une courroie qui fait le tour de la tête du cheval, c'est-à-dire, qui passe immédiatement au-dessus des branches du mords, et sous laquelle sont placés les deux montants. L'usage de la muselière est d'empêcher que le cheval, en se secouant, ne fasse sortir le mords de sa bouche. Voyez les figures et les Pl. du Bourrelier.
S. f. (Bourrelier) sorte de pinces aiguës par la pointe, qui est à l'usage des bourreliers. Voyez les fig. Pl. du Bourrelier.

S. m. (terme de Bourrelier) petit morceau de cuir plié en deux, pour soutenir le trait des chevaux de carrosse.