Imprimer
Catégorie parente: Arts & métiers
Catégorie : Serrurerie
S. m. (Serrurerie) c'est un loquet monté sur une platine dont le battant est percé au milieu d'un trou rond, en aile, pour recevoir un étochio rivé sur la platine, au bord du derrière sur lequel il roule. Au bord antérieur de la platine, est posé verticalement un crampon dans lequel passe la tête du battant, qui excède la platine environ d'un pouce, pour entrer dans le mantonnet. Il faut que le crampon soit assez haut, pour que le battant se lève et se place dans le mantonnet. Sur la platine, au-dessus du battant, il y a un ressort à boudin ou à chien, dont les extrémités passent sous le crampon, et agissent sur le battant qu'ils tiennent baissé. Le bout où est pratiqué l'oeil, est posé sur un étochio rivé sur la platine. Il y a au bout de la queue du battant un oeil où passe le cordon qui fait ouvrir. La partie du battant depuis l'oeil où est l'étochio sur lequel roule le battant, peut se lever. Ce qui est arrondi jusqu'à l'oeil où passe le cordon, se nomme queue du battant. Lorsque le battant du loqueteau n'a point de queue, il faut que l'oeil où passe le cordon soit percé à l'autre bout, et au bord de dessous de la tête du battant. Alors le ressort est posé sous le battant, et le mantonnet est aussi renversé. La raison de ce changement de position du mantonnet, c'est que quand le cordon était à la queue du battant, en tirant on faisait lever la bascule et le battant. Or cela ne se peut plus, lorsque le cordon est à la tête du battant. Au contraire, en tirant le cordon on le ferait appuyer plus fort sur le mantonnet ; il a donc fallu retourner le mantonnet sen-dessus-dessous, afin d'ouvrir, et ce changement a entrainé le déplacement du ressort, pour qu'il tint le battant levé, et poussé en-haut dans le mantonnet.

On appelle loqueteau à panache celui où le bout de la platine est découpé.

On place le loqueteau aux endroits à fermer, où l'on ne peut atteindre de la main, comme croisées, portes, contrevents, etc.




Affichages : 1555