(Manufacture en laine, fil, soie, etc.) C'est la façon de donner de l'ordre aux différents brins de soie, de laine, de fil, etc. qui composent la chaîne. Voyez ENCROIX. Les brins doivent être passés suivant le rang de cet encroix, d'abord dans les lisses, et ensuite dans le peigne : ordre absolument nécessaire, puisque sans lui il serait impossible de s'y reconnaitre, et tout serait en danger d'être perdu. On verra à l'article OURDIR, qu'il faut encraiser à deux brins lorsqu'on est en-haut de l'ourdissoir ; ce qui arrive quand le brin se trouve vis-à-vis de l'endroit où a commencé l'ourdissage. Voici comment se fait l'encroix. L'ourdisseur introduit le doigt index de la main dont il encraise (les uns se servant de la droite, les autres de la gauche), sur les deux brins, le pouce étant dessous ces deux brins : il passe le pouce sur un des deux, l'index alors est dessous : il continue de suite et de même alternativement : il reprend toujours dans le même ordre, jusqu'à ce qu'il finisse, observant bien de ne se pas tromper à cette alternative. Les brins ainsi placés deux à deux sur ses doigts, sont posés sur les chevilles de l'encroix, d'où ils sont ensuite conduits pêle-mêle sur la cheville voisine de celle-ci, où est fixé le bout de la pièce. On les laisse pendre pour être encraisés de nouveau, et pour être de même placés sur les chevilles. Voyez l'article OURDIR.