v. act. (Cuisine) c'est avec l'instrument pointu appelé lardoire, piquer une viande de lardons, ou la couvrir entièrement de petits morceaux de lard coupés en long. On dit piquer. Voyez PIQUER, et une pièce piquée.

LARDER les bonnettes, (Marine) Voyez BONNETTES.

LARDER un cheval de coups d'éperon, (Maréchalerie) c'est lui donner tant de coups d'éperon, que les plaies y paraissent.

LARDER, (Rubanerie, Soirie, &c.) se dit lorsque la navette au lieu de passer franchement dans la levée du pas, passe à travers quelque portion de la chaîne levée ou baissée ; ce qui serait un défaut sensible dans l'ouvrage si l'on n'y remédiait, ce qui se fait ainsi : l'ouvrier s'apercevant que sa navette a lardé, ouvre le même pas où cet accident est arrivé, et contraignant sa trame avec ses deux mains en la levant en-haut si la navette a lardé em-bas, ou en baissant si la navette a lardé en-haut ; il repasse sa navette à-travers cette partie de chaîne que la trame ainsi tendue fait hausser ou baisser, et le mal est réparé.