v. act. (Orfèvre) Comme il arrive quelquefois que dans les ouvrages montés, quelques pièces d'ornements se dérangent au feu, ou que l'ouvrier ne les trouve pas placées comme il désirerait, il faut alors les dessouder, sans nuire au reste de l'ouvrage. Cette opération se fait en garnissant d'une terre délayée, à laquelle on aura joint un peu de sel, pour lui donner plus de consistance, tous les endroits soudés, à l'exception de celui que l'on veut dessouder. On gratte bien les à-l'entours de cette partie, et on la garnit de borax, comme si on voulait la souder. On place la pièce au feu, et on assujettit tout le corps de l'ouvrage, soit avec un poids, soit avec des liens, de façon qu'il soit difficile à émouvoir. On donne à sa pièce ensuite tout le feu dont elle a besoin pour mettre la soudure en fusion ; et dès qu'on l'y voit, on happe la partie que l'on veut détacher avec une pince, et on l'enlève : l'action de la soudure qui est en fusion, et qui cherche à se gripper, fait qu'il faut un certain effort pour opérer cette disjonction. Si la partie que l'on veut dessouder n'est pas de nature à pouvoir être happée, on l'attache préliminairement avec un fil-d'archal un peu fort et un peu long, avec lequel on puisse l'enlever commodément.