Escrime

verb. neut. (Escrime) est le contraire d'opposer. Voyez OPPOSITION. C'est par conséquent s'exposer à recevoir un coup d'épée dans le même temps qu'on le porte.

S. m. (Escrime) appel contraire à celui que l'ennemi a fait : ainsi si l'appel a été d'engagement à l'épée par le dedans, le contre-appel sera d'engagement à l'épée par le dehors.
S. m. (Escrime) C'est l'action de dégager dans le même temps que l'ennemi dégage (voyez DEGAGER) ; d'où il suit que les épées sont toujours dans la même position.
DESARMER

DESARMER, v. act. (Escrime) c'est ôter l'épée de la main de l'ennemi. Il y a trois façons de desarmer, qui sont : 1° desarmement de quarte, 2° desarmement de tierce, 3° desarmement en faisant tomber l'épée de la main de l'ennemi V. DESARMEMENT.

S. f. (Escrime) arme offensive qu'on porte au côté, enfermée dans un fourreau, qui perce, pique et coupe, et qui est en usage chez presque toutes les nations. Elle est composée d'une lame, d'une garde, d'une poignée et d'un pommeau ; à quoi l'on peut ajouter la tranche de la garde, le fourreau, le crochet et le bout. Voyez GARDE, FOURREAU.

La lame est un morceau de fer ou d'acier qui a deux tranchans, deux plats, une pointe, et la soie.

ou FLACONADE, (ESTOCADE DE) Escrime ; c'est une botte de quarte forcée qu'on porte dans le flanc de l'ennemi.

Voici la façon de l'exécuter : 1°. du talon du tranchant pressez le faible de l'épée ennemie : 2°. entrelacez votre lame de façon avec la sienne, que le talon de votre tranchant soit de quarte sur le faible de sa lame, et l'autre partie de votre lame sous son bras ; 3°. de cette position allongez l'estocade, comme il est enseigné pour l'estocade de quarte.

S. f. (estocade de) est une botte qu'on porte à l'ennemi aussitôt qu'on a paré son estocade.

ou TIERCE-BASSE, ESTOCADE DE, (Escrime) est un coup d'épée qu'on allonge à l'ennemi dehors et sous les armes. Voyez TIRER DEHORS LES ARMES et SOUS LES ARMES.

On exécute cette estocade comme la tierce, (voyez ESTOCADE DE TIERCE), avec cette différence que la lame de votre épée passe sous le bras de l'ennemi.

S. m. (Grammaire, Escrime) homme sanguinaire et fou, qui se fait un jeu de sa vie et de celle des autres qu'il expose avec une imprudence qui ne se conçoit pas, en leur faisant mettre l'épée à la main pour un oui ou non.