Charron

S. m. (terme de Charron et de Carrossier-Sellier) c'est le nom que ces ouvriers donnent aux deux pièces de bois qui aboutissent au timon d'un carrosse, et qui soutiennent la cheville.
S. m. (Ouvrage de Charron) c'est une espèce de petite voiture ou petit haquet monté sur quatre petites roues faites d'un seul morceau de bois chacune, sur laquelle on traine des fardeaux pesans et difficiles à manier. Le camion est à l'usage de plusieurs ouvriers.

S. f. terme de Charron ; c'est une voiture montée sur deux roues, qui sert à transporter des meubles, etc. Elle est composée de deux limons de 14 ou 18 pieds de long, de deux ridelles, de deux ranches avec leurs cornes, de deux roues de 5 à 6 pieds de diamètre, etc. Voyez la fig. 2. Pl. du Charron. Quand on veut la faire servir à transporter des personnes, on la couvre d'une toile portée sur des cerceaux.
ou ECHANTIGNOLE, s. f. terme de Charron, ce sont des morceaux de bois longs d'environ un pied, de l'épaisseur de trois pouces, qui sont emmortaisés pour recevoir l'essieu en-dessous, et qui servent pour l'assujettir et le tenir en place. Voyez les Planches du Sellier.
S. f. terme de Charronnage. Les Charrons se servent de ce mot pour exprimer une entaille qu'ils font au lissoir de derrière et à la sellette de devant, pour y placer les essieux des roues, qui s'y trouvent ainsi enchâssées. Voyez Planche du Charron, la figure qui représente un avant-train de carrosse.
S. m. pl. terme de Charron, sont des morceaux de bois plat, de l'épaisseur d'un bon pouce, long environ de cinq pieds, qui joignent les deux limons et les assujettissent à pareille distance : c'est dessus les éparts que l'on assujettit les planches du fond.
S. m. (Charron) espèce de charrette dont on se sert pour porter du bagage et des munitions, soit à la campagne, soit à l'armée. Elle est ordinairement à quatre roues, et chargée d'un coffre couvert de planches en dos d'âne. Dict. de Trévoux.

S. f. pl. terme de Charron ; pour les grandes roues, ce sont six pièces de bois d'orme formant un cercle entier, et jointes ensemble par des fortes chevilles : chaque partie démontée forme un sixième de cercle. Les petites roues sont à quatre ou à cinq gentes. Voyez la fig. 2. Pl. du Charron.

se dit dans l'Artillerie d'un assemblage de plusieurs tonneaux attachés ensemble, dans lesquels on met la poudre destinée pour la chasse, et qui tournant par le moyen d'un moulin, la remuent de manière qu'elle devient lustrée, plus ronde, et d'un grain plus égal que la poudre de guerre.

LISSOIR de devant, terme de Charron. C'est un morceau de bois long de quatre à cinq pieds, de l'épaisseur d'un pied, qui sert à supporter le train de devant. Voyez les Pl. du Sellier.

Lissoir de derrière ; c'est une pièce de bois de la largeur environ d'un pied, sur deux pieds d'épaisseur et cinq pieds de longueur, dont la face de dessous est creusée pour y faire entrer l'essieu des grandes roues. A la face en-dehors sont attachés presque à chaque bout les crics qui portent les suspentes ; et à la face d'en haut, un peu à côté des crics, sont placées les mortaises pour enchâsser les moutons. Voyez les Pl. du Sellier.

terme de Charron, c'est un gros morceau de bois d'orme tourné, et fait à-peu-près comme une olive, au milieu duquel est un trou pour passer l'essieu, et au milieu de sa circonférence en dehors sont pratiqués plusieurs trous ou mortaises pour placer les rayes. Voyez les fig. Pl. du Charron.