Imprimer
Catégorie parente: Arts & métiers
Catégorie : Vitrerie
ou ROUET A FILER LE PLOMB, en terme de Vitrerie, est une machine ordinairement composée de deux jumelles ou plaques de fer, jointes et assemblées avec deux étoquiaux, qui se montent avec des écroues et des vis ou avec des clavettes ; de deux aissieux ou arbres, à un bout desquels sont deux pignons ; et de deux petites roues d'acier, au-travers desquelles passent les arbres. Ces roues n'ont d'épaisseur que celle qu'on veut donner à la fente des lingots de plomb, et sont aussi près l'une de l'autre qu'on veut que le cœur ou entre-deux du plomb ait d'épaisseur. Elles sont entre deux bajoues ou coussinets d'acier. Il y a une manivelle qui faisant tourner l'arbre de dessous, fait aussi, par le moyen de son pignon, tourner celui de dessus, et le plomb qui passe entre les bajoues étant pressé par les roues s'aplatit des deux côtés, et forme des ailerons au même temps que les mêmes roues le fendent.

Il y a de ces machines qui ont quatre aissieux et trois roues pour tirer deux plombs à-la-fais, il faut que les arbres et les roues soient tournées et arrondies sur le tour.

L'on n'avait point anciennement de ces sortes de rouets pour fendre le plomb, c'est une invention nouvelle ; l'on se servait d'un rabot pour le creuser, et l'on voit encore aux vieilles vitres du plomb fait de la sorte, ce qui était un long et pénible travail.



Affichages : 1488