(terme de Corderie) est une perche de sept à huit pieds de longueur, au bout de laquelle les fileurs attachent une queue de chanvre, et l'ajustent sur leur côté à-peu-près comme les femmes font leur quenouille. Voyez l'article CORDERIE.

QUENOUILLE, s. f. (terme de Fileuse) c'est un bâton ou roseau d'environ trois pieds et demi de longueur, et de sept ou huit lignes de grosseur, ordinairement tourné au tour, sur le haut duquel on attache ou bien on étend les chanvres, lins, cotons, soies ou laines que l'on veut filer. Les quenouilles pour les filasses sont différentes de celles pour les laines ou soies, en ce que ces dernières ont seulement un croissant de métal ou de bois au bout pour y attacher ce qu'on veut filer ; et que les autres sont enflées et grossies vers ce même bout, soit avec une espèce de cône de bois ou de liege, soit avec de la bourre, couverte de toile ou d'étoffe, pour y tendre les filasses. L'on se sert également de quenouille soit que l'on file au fuseau, soit que l'on file au rouet. (D.J.)

QUENOUILLE, en terme d'Orfèvre en grosserie, voyez POUPEES.

QUENOUILLE (grande) à cul rond, terme de pêche usité dans le ressort de l'amirauté de Dieppe ; c'est le nom d'un bateau.

QUENOUILLE A CUL QUARRE (terme de Pêche) bateau pêcheur du pollet de Dieppe, usité dans l'amirauté de Dieppe.

QUENOUILLE (petite), autre bateau pêcheur du pollet de Dieppe ; terme de pêche usité dans le ressort de l'amirauté de Dieppe.

QUENOUILLE SAUVAGE, (Botanique) nom vulgaire de l'espèce de cnicus, nommée par Tournefort cnicus attractilis lutea ; cette petite plante ne pousse des tiges qu'à la hauteur de six ou huit pouces ; ses feuilles sont un peu velues et piquantes ; ses fleurs sont des bouquets à fleurons découpés en lanières de couleur jaune, soutenues par un calice écailleux entouré de quelques feuilles. Lorsque ces fleurs sont passées, il leur succede des semences carrées, noires, luisantes, garnies d'une aigrette. (D.J.)