Imprimer
Catégorie parente: Arts & métiers
Catégorie : Corderie
(Corderie) c'est le rouler sur le touret. Voyez l'article CORDERIE.

DEVIDER, terme de Manège. On dit qu'un cheval devide, lorsqu'en maniant sur ses voltes ses épaules vont trop vite, et que la croupe ne suit pas à proportion, en sorte qu'au lieu d'aller de deux pistes il n'en marque qu'une. Cela vient de la résistance qu'il fait en se défendant contre les talons, ou de la faute du cavalier qui hâte trop la main. Voyez VOLTE, PISTE. (V)

* DEVIDER (Rubanerie) c'est l'action de mettre les soies, fils, filoselles, et autres sur les rochets en bobines, qui étaient auparavant en bottes. La botte contient plusieurs pantines, la pantine plusieurs écheveaux ; c'est d'un de ces écheveaux qu'il est question pour le devidage. On prend un écheveau, et après avoir passé les deux mains dedans pour le secouer à plusieurs reprises, ce qui sert à le décatir, c'est-à-dire détacher les brins d'ensemble que souvent l'humidité fait attacher ; après ce décatissage l'écheveau est mis sur les tournettes (voyez TOURNETTES), où étant, s'il se trouve trop gros, et que la soie soit extrêmement fine, il aura beaucoup de peine à souffrir le tour de la tournette : il faut en ce cas le diviser, autant qu'il est possible, en plusieurs petites écagnes, ce qui se fait en cette manière. Après avoir dénoué ou cassé la centaine, on prend une portion ou petite quantité de cet écheveau, et à force de chercher à parvenir à cette division, en essayant à plusieurs reprises ce partage avec les doigts de la main droite, pendant que la gauche fait mouvoir ou tourner lentement la tournette, tantôt d'un côté tantôt de l'autre ; par ce moyen on parvient à se faire jour en écartant ce qui s'y oppose, rejetant sur une partie et reprenant une autre, selon qu'on le juge à propos, et tâchant de ne casser de ces brins que le moins qu'il est possible : car plus il y a de ces brins cassés, plus il est à craindre que la confusion ne s'y mette, ce qu'il est très-nécessaire d'éviter. Cette opération faite, et les écagnes ainsi séparées, il en reste une sur les tournettes ; les autres après avoir été nouées séparément et avec soin, sont mises dans un linge blanc pour attendre leur tour. Cette précaution est nécessaire, tant pour empêcher que l'air agissant sur les couleurs tendres n'en altère l'éclat, que parce que ce même air rend les soies (toujours dans la supposition d'une même finesse) bien plus cassantes. Pour les soies rondelettes on peut prendre moins de précaution ; quand on juge que l'écheveau souffrira le tour des tournettes, la division dont on vient de parler n'est pas nécessaire ; c'est toujours autant de temps gagné, car cette division ne laisse pas d'en prendre considérablement : il est vrai que cette perte est bien réparée par la facilité avec laquelle on vient à bout de devider ces petites parties, car moins une tournette est chargée, plus facilement tourne-t-elle : si l'écheveau est donc resté entier, on en trouve les bouts au moyen de la centaine où ils sont attachés : après avoir fait choix de l'un d'eux, et l'avoir fixé au moyen de plusieurs tours à l'entour du rochet ou bobine, on le devide et en voilà la manière. On a une broche de fer carrée, menue, longue de quatorze, quinze ou seize pouces, très-menue par les bouts, et qui Ve en s'élargissant imperceptiblement jusqu'au milieu où elle a environ trois lignes sur chaque face. Il y en a qui se servent de broches rondes, d'autres qui se servent de broches tournées en spirales seulement à l'endroit de la main ; ceux-ci prétendent avoir plus de facilité à tourner cette broche par le secours de cette spirale, chacun a sa méthode particulière : cette broche, telle qu'elle sait, est mise dans le trou du rochet, où il doit demeurer fixé environ un tiers de la longueur de la broche, les deux autres tiers servant pour la faire tourner. Si le trou du rochet ou bobine se trouvait trop grand, on le remplirait d'autant de papier qu'il en serait besoin, ou l'on prendrait une broche plus grosse. Il s'agit à présent de démontrer la façon de la faire agir ; c'est avec la main droite : mais il y a différentes positions de cette main. Lorsqu'on devide à la main (ce que l'on est souvent obligé de faire, quand les soies sont très-fines ou l'écheveau embrouillé) la position est différente que lorsqu'on se sert du canon : en devidant à la main, les quatre doigts sont pliés de manière que l'intérieur de la main forme une cavité arrondie dans toute la longueur de la paume ; l'auriculaire et l'annulaire touchent par l'extrémité à cette éminence qui est au bas du pouce, appelée muscle thénar ; le doigt mitoyen forme une portion de cercle le plus étendu, et l'index de cette même main est presque tout étendu : cette position formant à-peu-près un cone renversé, la broche est mise dans ce cone, et l'extrémité porte vers l'angle postérieur et externe de la paume ; et lorsqu'il s'agit de la faire tourner, cette action lui est communiquée par un mouvement demi-circulaire que forme le poignet du dedans en-dehors ; la broche par ce moyen roule sur le doigt mitoyen et l'index, à l'extrémité desquels étant arrivée, elle est rechassée par le même mouvement du poignet vers l'articulation de la première phalange du doigt index, pour continuer toujours de même à tourner du dehors en-dedans, lorsqu'on se sert de l'instrument appelé canon à devider. Voyez CANON A DEVIDER. Ce canon qui est passé dans la ceinture de la devideuse, sert à la soulager, puisque son bras droit peut être appuyé le long de son côté ; le bout inférieur de la broche est mis dans le trou du canon, et pour lors la main droite est plus ouverte, et les doigts plus étendus que dans le devidage à la main : la main cependant formant toujours un demi-cercle, le mouvement est communiqué à la broche par celui des quatre doigts qui renvoye la broche contre l'articulation de la première phalange du doigt index, d'où elle descend en roulant le long de ces quatre doigts, à l'extrémité desquels étant parvenue, elle est de nouveau rechassée au lieu d'où elle vient, et toujours de même de quelque manière que l'on dévide : le bout de soie qui s'enroule sur le rochet doit être tenu ferme entre les doigts de la main gauche, pour le conduire uniment sur le rochet, sans souffrir que le devidage soit lâche ou mou ; ce qui étant, lorsqu'on emploierait la soie de dessus ce rochet, le bout de soie étant violemment tiré, se logerait dans la quantité molle des tours qui sont sous lui, et pourrait tout mêler ; au lieu qu'étant devidée ferme, ce bout ne trouvant point de place sous lui, est obligé de se dérouler tout naturellement. Il faut encore éviter que le rochet ne soit tortu ou en bosse ; d'où il arriverait que lorsque la soie du bas de la bute serait employée, celle qui forme l'éminence serait en danger d'ébouler et de tout gâter. Il faut aussi prendre garde à ne dévider qu'un seul bout à la fois ; ou s'il n'importait pas qu'elle fut double, avoir grand soin de faire un nœud où ce double commence, et un autre où il finit ; il arrive par l'omission de ces nœuds, surtout de celui où finit le double, que l'un de ces deux bouts déroulant par le tirage, l'autre s'enroulant sur le rochet, fait casser celui que l'on emploie, ou empêche que le bon bout ne puisse aller et venir au besoin le long de ce rochet. Cette soie ainsi enroulée sur le rochet se nomme chapeau, qu'il faut ôter sitôt que l'on s'en aperçoit ; ce que l'on fait en soulevant ce chapeau au moyen d'un bon bout : ce soulevement fait hausser la partie du chapeau que le bon bout tire à lui ; on introduit une épingle dans l'espace ainsi détaché du reste, et l'on casse toute la soie qui formait ce chapeau. On voit qu'il faut de grandes précautions pour éviter tous ces divers inconvéniens, et que dans cette opération, comme généralement dans toutes celles de ce métier, on n'en saurait trop prendre ; la perte du temps, la perte de la matière toujours très-chère, doivent engager les différents ouvriers qui travaillent, à ménager le bien du maître qui les emploie comme le leur propre. Lorsque la soie est assez grosse et aisée, ou que c'est du fil que l'on dévide, on se sert du rouet ; ce qui avance bien plus vite, et dévide plus serré.

* DEVIDER LE FIL, (Manufacture en soie) c'est le mettre sur de grosses bobines au sortir de la boutique du cordier, ou le tirer de dessus l'asple ou aspel dans une corbeille pour en faire des lacs. Voyez LACS. La soie au rouet à quatre guindres ou à la main, c'est mettre l'organcin sur des canons à deux tètes, ou la trame sur des canons à une tête.



Affichages : 1279