Imprimer
Catégorie parente: Arts & métiers
Catégorie : Boyaudier
v. act. c'est, en Maçonnerie, donner une ou plusieurs couches de blanc à colle sur un mur sale, après y avoir passé un lait de chaux, pour rendre quelque lieu plus clair et plus propre. (P)

BLANCHIR, terme de Boyaudier, c'est tremper les boyaux dans une tinette ou chauderon, immédiatement après qu'ils ont été dégraissés ; pour achever de les nettoyer : c'est de cette tinette où on les met blanchir, que des femmes les retirent pour les coudre.

BLANCHIR, en terme de Chaudronnier ; c'est donner le lustre aux chauderons, chaudières, poellons, etc. sur le tour avec une paroire. Voyez PAROIRE.

BLANCHIR, la cire, c'est lui faire perdre la couleur jaune qu'elle a, après qu'on en a séparé le miel. Voyez CIRE, MIEL, etc.

La cire séparée du miel, et fondue en gros pain, est ce que l'on appelle de la cire brute. C'est en cet état qu'on l'apporte dans les blanchisseries, où elle passe par les préparations suivantes.

Premièrement, un ouvrier la coupe par morceaux gros comme le poing, afin qu'elle fonde plus facilement lorsqu'elle est portée dans les chaudières A, A, A (Pl. du blanchissage des cires, vignette) où on la remue jusqu'à parfaite fusion avec la spatule de bois, fig. 4. Après qu'elle est fondue, on la laisse couler au moyen des robinets adaptés aux chaudières, dans les cuves B et C qui sont de bois, et placées de façon que le fond des chaudières est de quelques pouces plus élevé que la partie supérieure des cuves. On la laisse reposer dans les cuves environ cinq ou six heures, tant pour qu'elle n'ait plus qu'un médiocre degré de chaleur, sans toutefois cesser d'être fluide, que pour donner le temps aux ordures ou feces dont elle est chargée de se précipiter dans l'eau, dont le bas de la cuve est rempli à cinq ou six pouces de hauteur.

Au-dessous des cuves B, C, en sont d'autres D, E, de forme oblongue, qu'on appelle baignoires, posées sur le pavé de l'attellier. Ces baignoires qui sont de bois et cerclées de fer, sont revêtues intérieurement de plomb, pour qu'elles tiennent mieux l'eau dont on les remplit, en ouvrant le robinet X, par lequel l'eau vient d'un réservoir. Chaque baignoire a de plus sur le devant et à la partie inférieure, un robinet F, F, par le moyen duquel on vide l'eau qu'elles contiennent dans le puisart ou égoût souterrain dont G est l'ouverture recouverte d'une grille.

Toutes choses ainsi disposées, on place les cylindres de bois H, H en travers des baignoires. Ces cylindres qui ont un pied de diamètre, en occupent toute la largeur. Ils sont traversés par un arbre de fer, dont une des extrémités est courbée en manivelle : en sorte que les cylindres peuvent tourner librement sur les tourillons de ces arbres, auxquels des échancrures pratiquées dans les bords des baignoires, servent de collet. Les cylindres doivent être placés dans les baignoires, en sorte que leur centre ou axe soit directement à plomb au dessous de l'extrémité des canelles K, K, par lesquelles la cire contenue dans les cuves doit sortir. On place ensuite au-dessus du cylindre, une espèce de banquette de fer a b, ou a b, a c, b c, fig. 2. qu'on appelle chevrette, qui a quatre pieds qui appuient sur les bords de la baignoire, comme on voit en C, fig. 2. en sorte que les tourillons du cylindre soient au milieu entre les pieds de la chevrette. Cette chevrette a vers chacune de ces extrémités deux lames de fer élastiques 1, 2 ; 1, 2, entre lesquelles on place un vaisseau de cuivre L L, de forme oblongue, qu'on appelle greloire. Cette greloire est plus large par le haut que par le bas. Sa longueur L L qui est égale à celle du cylindre, est divisée en trois parties : celle du milieu qui est la plus grande, est percée d'une cinquantaine de petits trous, plus ou moins, d'une ligne de diamètre, distants les uns des autres d'un demi pouce ou environ. Les deux autres parties servent à placer des réchauds pleins de braise, dont l'usage est d'entretenir un médiocre degré de chaleur dans la greloire, dont la fraicheur ne manquerait pas de faire figer la cire que l'on y laisse couler.

On met une plaque de fer blanc ou de cuivre 3 3, fig. 2. inclinée vers la canelle K, pour rejeter la cire dans l'auge ou greloire LL. La plaque 3, 4, posée de l'autre sens, sert au même usage. Par dessus ces deux plaques on met une passoire 5 toute criblée de trous. C'est dans cette passoire que coule la cire après qu'on a repoussé dans la cuve le tampon qui bouche la canelle K, au moyen de la cheville 6 qu'on laisse dans la canule plus ou moins enfoncée, pour modérer selon le besoin, la vitesse de l'écoulement,

La cire, après avoir passé dans la passoire ou crible 5, tombe sur les plaques 4, 3 ; 3, 3, et de-là dans la greloire L L, d'où elle sort par les petits trous que nous avons dit être au fond de cette greloire, et tombe sur la surface du cylindre en d. Si en même temps un ouvrier assis en 1, fait tourner le cylindre à l'aide de la manivelle qui est de son côté, de d par e vers f, il est évident que le filet de cire qui tombe sur le cylindre doit s'étendre, et former une bande qui sera d'autant moins épaisse, que le cylindre se sera mu avec plus de vitesse : mais comme il est mouillé, étant immergé dans l'eau au quart de sa surface, la cire ne s'y attachera point. Mais après avoir descendu en f, elle passera par g, pour aller se rassembler en E, fig. 1. Ce mouvement est encore facilité par celui de l'eau qui est dans la baignoire, laquelle se porte vers E, pour sortir à mesure qu'il en vient d'autre du réservoir par le robinet X ; en sorte que l'écoulement par le robinet F, soit égal à celui par le robinet X. On rechange continuellement d'eau, non seulement pour qu'elle soit plus propre, mais aussi afin qu'elle soit toujours fraiche, et qu'elle puisse faire congeler les rubans de cire à mesure qu'ils tombent dans la baignoire.

Par cette opération, la baignoire ne tarde pas d'être remplie de rubans ; un ouvrier placé en M les enlève avec une fourche à trois dents, et les jette de la baignoire dans la manne N qui est un grand panier d'osier revétu intérieurement de toîle ; lorsque le panier est plein, un autre ouvrier à l'aide de celui qui a empli la manne, la place sur une brouette O, sur laquelle il la transporte près des carrés ou châssis sur lesquels sont des toiles tendues et exposées à l'air. Voyez QUARRE. Il vide sa manne sur ces toiles, en un seul tas, que des femmes qui sont autour des carrés ou toiles, éparpillent sur toute leur surface : pendant que cet ouvrier conduit sa brouette, le tireur remplit une autre manne ; ainsi alternativement jusqu'à ce que la cuve soit épuisée.

En réduisant la cire en rubans, les surfaces en sont prodigieusement multipliées, ce qui donne plus de prise à l'action de l'air et du soleil à laquelle on les expose sur les carrés pour dissiper l'huîle volatîle qui fait la couleur jaune de la cire.

Les carrés sont de grands châssis de charpente de dix pieds de large sur une longueur telle que le lieu le permet, élevés d'un pied et demi au-dessus du terrain. Sur les châssis sont tendues horizontalement des toiles soutenues dans le milieu de leur largeur par une pièce de bois horizontale qui se trouve dans le plan du châssis. C'est sur cet assemblage de charpente et de toîle qu'on étend ou éparpille également la cire mise en rubans ou en pain, ainsi qu'il sera dit ci-après. On entoure encore le carré d'une bande de toîle verticale accrochée à des piquets, dont l'usage est d'empêcher que le vent n'emporte la cire et ne la jette par terre. Lorsque la cire a été exposée un temps convenable sur les carrés, on la retourne, en sorte que la partie qui était dessous paraisse dessus. Et lorsque l'on juge que la cire a acquis un premier degré de blancheur, on la reporte à la fonderie, où on lui fait subir la même suite d'opérations que nous venons de détailler ; c'est-à-dire qu'on la remet en rubans, et qu'on l'expose encore sur les carrés à l'action du soleil et de l'air : mais comme il ne peut pas manquer d'arriver à cette seconde fonte que les parties intérieures des premiers rubans ne se trouvent à la surface des seconds, il suit que toutes les parties de la cire auront été successivement exposées à l'action de l'air et du soleil. On réitère une troisième fois cette opération, si on juge que la cire n'ait pas encore acquis le degré de blancheur que l'on désire qu'elle ait.

La cire exposée pour la dernière fois au soleil sous la forme de rubans, est encore remise dans une chaudière, d'où, après qu'elle a été fondue, on la laisse couler dans la cuve : au lieu de la faire passer par la greloire, comme dans les opérations précèdentes, on la laisse couler dans le coffre représenté fig. 7, que l'on substitue à la place de la greloire.

Ce coffre est une caisse de cuivre étamé, portée sur quatre pieds de fer semblables à ceux de la chevrette. Aux deux longs côtés de ce coffre sont deux auges de même métal, dans lesquelles on place des réchauds de braise dont l'usage est d'entretenir dans l'état de fluidité la cire dont le coffre est rempli : on tire la cire de ce coffre par le robinet A, dans l'écuellon fig. 5. qui est un vase de cuivre ayant deux anses A A, et deux goulettes B B, avec lequel on verse la cire dans les planches à pains.

Les planches à pains, ainsi appelées parce que c'est dans ces planches que l'on fait prendre à la cire la figure de pains, sont de chêne d'un pouce d'épaisseur, creusées de deux rangées de trous ronds, chacun d'un demi-pouce de profondeur sur 4 pouces de diamètre ; on remplit deux de ces moules à la fois ; au moyen de deux goulettes de l'écuellon, observant de mouiller la planche auparavant, afin que la cire ne s'y attache point. Après que les pains sont figés, on les jette dans l'eau de la baignoire pour les affermir : on les porte ensuite sur les carrés ; on les y laisse jusqu'à ce qu'ils aient acquis tout le degré du blancheur que l'on désire qu'ils aient, ou dont ils sont capables, observant de les retourner quand ils sont assez blancs d'un côté, ce qui se fait avec une main de bois qui est une planche de bois mince représentée fig. 3. cette planche a 3 pieds ou environ de longueur sur un demi-pié de large ; elle est percée d'un grand trou vers une de ses extrémités qui est traversée d'une poignée par laquelle on tient cette machine, avec laquelle on retourne les pains comme on ferait avec une pelle plate ; ce qui est plus expéditif que de les retourner les uns après les autres.

La cire blanchie et réduite en pains passe entre les mains du cirier, qui l'emploie aux différents usages de sa profession. Voyez CIRIER.

BLANCHIR ou FAIRE BLANCHIR, (en terme de Confiseur) c'est enlever de dessus les abricots, amandes, etc. cette espèce de bourre ou de duvet dont ils sont chargés, en faisant passer ces fruits par une lexive préparée pour cela. Voyez AMANDE, ABRICOTS, etc.

BLANCHIR, (chez les Couteliers) c'est quand la pièce est forgée et dressée à la lime, la passer sur la meule pour la première fois ; c'est sur la seconde meule qu'on la dégrossit, et sur la troisième qu'on la met à tranchant : la polissoire succede à la meule.

BLANCHIR, (en terme de Cuisine) c'est faire revenir une pièce, quelle qu'elle sait, dans de l'eau tiede : il ne faut l'y laisser qu'un demi-quart d'heure ou environ.

BLANCHIR, (en terme de Doreur) s'entend d'une opération par laquelle on enduit de plusieurs couches de blanc une pièce qu'on veut dorer. Voyez DORER. C'est par-là qu'on remplit les inégalités du bois, qui empêcheraient l'or de s'étendre par-tout. La figure 5. Planche du Doreur, représente un ouvrier qui blanchit.

BLANCHIR, (en terme de Cloutier d'épingle) c'est étamer les clous de cuivre. Voyez ÉTAMER.




Affichages : 2136