Littérature

(Littérature) ou, comme on dit, à parte, terme latin qui a la même signification que seorsim, et qui est affecté à la Poésie dramatique.

Un à parte est ce qu'un acteur dit en particulier ou plutôt ce qu'il se dit à lui-même, pour découvrir aux spectateurs quelque sentiment dont ils ne seraient pas instruits autrement, mais qui cependant est présumé secret et inconnu pour tous les autres acteurs qui occupent alors la scène. On en trouve des exemples dans les Poètes tragiques et comiques.

(Belles Lettres) ouvrage en vers, de Stace, dans lequel cet auteur se proposait de raconter toute la vie et les exploits d'Achille : mais prévenu par la mort, il n'a traité que ce qui concernait l'enfance et l'éducation de son héros ; et cette histoire est demeurée imparfaite.

S. f. (Belles Lettres) sorte de poésie dont les vers sont disposés de manière que chacun commence par une des lettres du nom d'une personne, d'une devise, ou tout autre mot arbitraire. Voyez POEME, POESIE. Ce mot vient du Grec ἄκρος, summus, extremus, qui est à une des extrémités, et στίχος, vers.

Nos premiers Poètes François avaient tellement pris goût pour les acrostiches, qu'ils avaient tenté tous les moyens imaginables d'en multiplier les difficultés. On en trouve dont les vers non-seulement commencent, mais encore finissent par la lettre donnée ; d'autres où l'acrostiche est marquée au commencement des vers, et à l'hémistiche. Quelques-uns vont à rebours, commençant par la première lettre du dernier vers, et remontant ainsi de suite jusqu'au premier. On a même eu des sonnets pentacrostiches, c'est-à-dire, où le même acrostiche répeté jusqu'à cinq fois formait comme cinq différentes colonnes. Voyez PENTACROSTICHE.

subst. m. (Belles Lettres) partie d'un poème dramatique, séparée d'une autre partie par un intermède.

Ce mot vient du Latin actus, qui dans son origine, veut dire la même chose que le δρᾶμα des Grecs ; ces deux mots venant des verbes ago et δράω, qui signifient faire et agir. Le mot δρᾶμα convient à toute une pièce de théâtre ; au lieu que celui d’actus en Latin, et d’acte en Français, a été restraint, et ne s’entend que d’une seule partie du Poème dramatique.

S. m. (Belles Lettres) c'est un proverbe ou une sentence populaire que l'on dit communément. Voyez PROVERBE, etc. Ce mot vient de ad et agor, suivant Scaliger, quod agatur ad aliud signandum, parce que l'on s'en sert pour signifier autre chose.

Erasme a fait une vaste et précieuse collection des adages Grecs et Latins, qu'il a tirés de leurs Poètes, Orateurs, Philosophes, etc.