Littérature

adj. (Littérature) Jupiter avait un temple à Mégare dans l'Attique, sous le nom de Jupiter le poudreux, apparemment, parce que ce temple étant sans couverture, la statue du dieu devint fort poudreuse. (D.J.)
(Littérature) mot latin qui signifie un héritage, un fonds de terre, un domaine, un bien, que l'on faisait valoir par la main des esclaves. Il y en avait dans les villes aussi-bien qu'à la campagne. Quelques-uns veulent cependant que praedium désignât le fonds que l'on avait dans la ville, et que fundus signifiât ceux de la campagne. L'Ecriture a usé de ce mot. S. Marc, ch. xiv. 32. dit : Et veniunt in praedium cui nomen Gethsemani. On lit dans S. Jean, ch. iv. 5. que la ville de Sichar était juxtà praedium quod dedit Jacob Josapha filio suo. Et dans les actes des apôtres, ch. xxviij. on lit que dans l'endroit où aborda saint Paul, dans l île de Malthe, il y avait des terres qui appartenaient à un seigneur de l'ile, nommé Publius : erant praedia principis insulae nomine Publii.

(Littérature) on appelait praesicia, les parties des animaux sacrifiés qu'on coupait pour les offrir aux dieux. (D.J.)
S. m. (Littérature) on nommait chez les Romains praestigiatores, les baladins, les danseurs de corde les plus célèbres, et tous ceux en général qui dans les jeux scéniques, excellaient à faire des tours de force, d'adresse et d'agilité. Il abordait à Rome de toutes parts des gens de cette espèce, qui charmaient ainsi l'oisiveté du peuple, et faisaient sur le théâtre des choses si merveilleuses, qu'elles paraissaient tenir du prodige. Si l'on s'en rapporte à Pline et à quelques pères de l'Eglise, nous devons convenir que les plus habiles bateleurs de nos jours ne sont que des enfants en comparaison de ceux qui brillaient dans ces temps-là. Ils étaient parvenus à dresser les bêtes les plus farouches, à voler assez loin par le moyen de certaines machines industrieuses, et à faire sur la corde lâche, les danses et les évolutions les plus surprenantes.
S. m. (Littérature) nom qu'on donnait chez les Romains au chef des saliens, ou prêtres de Mars. On l'appelait ainsi à praesiliendo, parce qu'il dansait à la tête des saliens.