Imprimer
Catégorie parente: Beaux-arts
Catégorie : Poésie française
S. f. (Poésie française) la rime, ainsi que les fiefs et les duels, doit son origine à la barbarie de nos ancêtres. Les peuples dont descendent les nations modernes et qui envahirent l'empire romain, avaient déjà leurs poètes, quoique barbares, lorsqu'ils s'établirent dans les Gaules et dans d'autres provinces de l'empire. Comme les langues dans lesquelles ces poètes sans étude composaient n'étaient point assez cultivées pour être maniées suivant les règles du mètre, comme elles ne donnaient pas lieu à tenter de le faire, ils trouvèrent qu'il y aurait de la grâce à terminer par le même son deux parties du discours qui fussent consécutives ou relatives et d'une égale étendue. Ce même son final, répété au bout d'un certain nombre de syllabes, faisait une espèce d'agrément, et il marquait quelque cadence dans les vers. C'est apparemment de cette manière que la rime s'est établie.

Dans les contrées envahies par les barbares, il s'est formé un nouveau peuple composé du mélange de ces nouveaux venus et des anciens habitants. Les usages de la nation dominante ont prévalu en plusieurs choses, et principalement dans la langue commune qui s'est formée de celle que parlaient les nouveaux venus. Par exemple, la langue qui se forma dans les Gaules, où les anciens habitants parlaient communément latin quand les Francs s'y vinrent établir, ne conserva que des mots dérivés du latin. La syntaxe de cette langue se forma très-différente de la syntaxe de la langue latine. En un mot, la langue naissante se vit asservie à rimer ses vers, et la rime passa même dans la langue latine, dont l'usage s'était conservé parmi un certain monde. De-là vient qu'au VIIIe siècle les vers léonins, qui sont des vers rimés comme nos vers français, prirent faveur, et ne s'éclipsèrent qu'avec la barbarie au lever de cette lumière, dont le crépuscule parut dans le XVe siècle.

On a trouvé la rime établie dans l'Asie et dans l'Amérique. Il y a dans Montagne une chanson en rimes américaines traduite en français. On lit dans le spectateur la traduction anglaise d'une ode lapone qui était rimée, mais la plupart de ces peuples rimeurs sont barbares ; et les peuples rimeurs qui ne le sont plus, italiens, français, anglais, espagnols et qui sont des nations polies, étaient des barbares et presque sans lettres lorsque leur poésie s'est formée. Les langues qu'ils parlaient n'étaient pas susceptibles d'une poésie plus parfaite, lorsque ces peuples ont posé, pour ainsi dire, les premiers fondements de leur poétique. Il est vrai que les nations européennes, dont je parle, sont devenues dans la suite savantes et lettrées ; mais comme leurs langues avaient déjà ses usages établis et fortifiés par le temps, quand ces nations ont cultivé l'étude judicieuse de la langue grecque et de la latine, elles ont bien poli et rectifié ces usages, mais elles n'ont pu les changer entièrement.

Les Grecs et les Latins, quibus dedit ore rotundo musa loqui, formèrent une langue, dont toutes les syllabes pouvaient, par leur longueur ou leur briéveté, exprimer les sentiments lents ou impétueux de l'âme. De cette variété de syllabes et d'intonations résultait dans leurs vers, et même aussi dans leur prose, une harmonie qu'aucune nation n'a pu saisir après eux. Du mélange de leurs syllabes longues et brèves, suivant la proportion prescrite par l'art, résulte toujours une cadence, telle que l'espèce dont sont leurs vers la demande.

L'agrément de la rime n'est pas à comparer avec l'agrément du nombre et de l'harmonie. Une syllabe terminée par un certain son n'est point une beauté par elle même ; la beauté de la rime n'est qu'une beauté de rapport, qui consiste dans une conformité de désinances entre le dernier mot d'un vers et le dernier mot du vers réciproque. On n'entrevait donc cette beauté qui passe si vite qu'au bout de deux vers, et après avoir entendu le dernier mot du second vers qui rime au premier. On ne sent même l'agrément de la rime qu'au bout de trois et de quatre vers, lorsque les rimes masculines et féminines sont entrelacées, de manière que la première et la quatrième soient masculines, et la seconde et la troisième féminines ; mélange fort en usage dans plusieurs espèces de poésie.

Le rithme et l'harmonie sont une lumière qui luit toujours, et la rime n'est qu'un éclair qui disparait après avoir jeté quelque lueur ; aussi la rime la plus riche ne fait-elle qu'un effet bien passager : c'est la règle de la poésie dont l'observation coute le plus, et qui jette le moins de beauté dans les vers ; pour une pensée heureuse que l'ardeur de rimer richement peut faire rencontrer par hazard, elle en fait certainement employer tous les jours cent autres dont on aurait dédaigné de se servir, sans la richesse ou la nouveauté de la rime que ces pensées amènent. A n'estimer le mérite des vers que par les difficultés qu'il faut surmonter pour les faire, il est moins difficîle sans comparaison de rimer richement, que de composer des vers nombreux et remplis d'harmonie. Rien n'aide un poète français à vaincre cette dernière difficulté que son génie, son oreille et sa perséverance. Aucune méthode réduite en art ne vient à son secours. Les difficultés ne se présentent pas si souvent quand on ne veut que rimer richement ; et l'on s'aide encore pour les surmonter d'un dictionnaire de rimes, le livre favori des rimeurs sévères, et qu'ils ont tous, quoi qu'ils en disent, dans leur arriere-cabinet.

Mais enfin tel est l'état des choses, que la rime est absolument nécessaire à la poésie française ; il n'a pas été possible de changer sa première conformation, qui avait son fondement dans la nature et le génie de notre langue. Toutes les tentatives que quelques poètes savants ont faites pour la bannir, et pour introduire l'usage des vers mesurés à la manière des Grecs et des Romains, n'ont pas eu le moindre succès. Corneille et Racine ont employé la rime ; et je crains que si nous voulions ouvrir une autre carrière, ce serait plutôt dans l'impuissance de marcher dans la route de ces beaux génies, que par le désir raisonnable de la nouveauté. Les Italiens et les Anglais pourraient mieux que nous se passer de rimer, parce que leurs langues ont des inversions, et leur poésie mille libertés qui nous manquent. Chaque langue a son génie particulier ; celui de la nôtre est la clarté, la précision et la délicatesse. Nous ne permettons nulle licence à notre poésie, qui doit marcher comme notre prose dans l'ordre timide de nos idées. Nous avons donc un besoin essentiel du retour des mêmes sons, pour que notre poésie ne soit pas confondue avec la prose. Tout le monde connait ces beaux vers de Racine :

Où me cacher ? Fuyons dans la nuit infernale !

Mais, que dis-je ? Mon père y tient l'urne fatale :

Le sort, dit-on, l'a mise en ses sévères mains ;

Minos juge aux enfers tous les pâles humains.

Mettez à leur place,

Où me cacher ? Fuyons dans la nuit infernale !

Mais, que dis-je ? Mon père y tient l'urne funeste :

Le sort, dit-on, l'a mise en ses sévères mains ;

Minos juge aux enfers tous les pâles mortels.

Quelque poétique que soit ce morceau, dit M. de Voltaire, fera-t-il le même plaisir dépouillé de l'agrément de la rime ? Les Anglais et les Italiens diraient également comme les Grecs et les Romains, les pâles humains, Minos aux enfers juge, et enjamberaient avec grâce sur l'autre vers ; la manière même de réciter en italien et en anglais fait sentir des syllabes longues et brèves, qui soutiennent encore l'harmonie sans besoin de rimes. Nous qui n'avons aucun de ces avantages, pourquoi voudrions-nous abandonner les seuls que la nature de notre langue nous laisse ?

Je sai bien que la rime seule ne fait ni le mérite du poète, ni le plaisir du lecteur. Ce ne sont point seulement les dactyles et les spondées qui plaisent dans Virgile et dans Homère. Ce qui enchante toute la terre, c'est l'harmonie qui nait de cette mesure difficile. Quiconque se borne à vaincre une difficulté pour le mérite seul de la vaincre, est un fou ; mais celui qui tire du fond de ces obstacles mêmes des beautés qui plaisent à tout le monde, est un homme fort sage et presque unique. Il est très-difficîle de faire de beaux tableaux, de belles statues, de bonne musique, de bons vers, etc. Aussi les noms des hommes supérieurs qui ont vaincu ces obstacles dureront-ils peut-être beaucoup plus que les royaumes où ils sont nés ? M. de la Mothe niait la nécessité de la rime dans notre langue et l'harmonie des vers ; M. de la Faye lui envoyant pour réponse des vers harmonieux, prit un bon parti ; il se conduisit comme le philosophe qui, pour répondre à un sophiste qui niait le mouvement, se contenta de marcher en sa présence.

Il ne me reste plus que deux choses ; 1° à donner des principes généraux sur la rime ; 2° à indiquer les noms des rimes barbares imaginées par nos ayeux.

On n'admet point pour la rime une seule lettre, quoiqu'elle fasse une syllabe ; ainsi les mots joués et liés ne riment point ensemble. Il y a des mots qui finissant par différentes lettres, peuvent faire une bonne rime, lorsque ces lettres rendent le même son, comme dans les mots sang et flanc, nous et doux.

On a proscrit la rime du simple avec son composé, lorsque l'un et l'autre sont employés dans leur signification naturelle ; ainsi ordre et désordre ne riment pas ensemble, mais front et affront riment bien. Un mot peut rimer avec lui-même lorsqu'il y a deux sens différents ; ainsi pas passus rime avec pas, qui est une particule négative. Dans les pièces régulières, on ne doit pas mettre de suite plus de deux rimes féminines. Les livres les plus communs vous apprendront le reste. Ainsi je passe à l'explication des noms de rimes inventées par nos anciens poètes, la rime annexée, batelée, brisée, couronnée, empérière, enchainée, équivoque, fraternisée, kirielle, retrograde, sénée, etc. et tout sera dit.

RIME annexée, cette rime dont on voit des exemples dans les premiers poètes français, consistait à commencer un vers par la dernière syllabe du vers précédent ; exemple :

Dieu gard'ma maîtresse et régente,

Gente de corps et de façon ;

Son cœur tient le mien en sa tente,

Tant et plus d'un ardent frisson.

RIME bâtelée, c'est le nom qu'on donnait autrefois au vers dont la fin rimait avec le repos du vers suivant ; exemple :

Quand Neptune puissant dieu de la mer

Cessa d'armer Caraques et Galées.

RIME brisée, cette rime pratiquée autrefois, consistait à construire des vers de façon que les repos des vers rimassent entr'eux, et qu'en les brisant ils fissent d'autres vers ; exemple :

De cœur parfait, chassez toute douleur ;

Soyez soigneux ; n'usez de nulle feinte ;

Sans vilain fait entretenez douceur ;

Vaillant et preux, abandonnez la feinte.

en brisant ces vers on lit :

De cœur parfait

Soyez soigneux ;

Sans vilain fait

Vaillant et preux ;

Chassez toute douleur,

N'usez de nulle feinte ;

Entretenez douceur,

Abandonnez la feinte.

RIME couronnée, la rime était couronnée, lorsqu'elle se présentait deux fois à la fin de chaque vers ; exemple :

Ma blanche Colombelle, belle,

Souvent je vais priant, criant ;

Mais dessous la cordelle, d'elle,

Me jette un oeil friand, riant.

RIME empérière, c'était le nom de celle qui au bout du vers frappait l'oreille jusqu'à trois fois :

Benins lecteurs, très-diligens, gens, gens,

Prenez en gré mes imparfaits, faits, faits.

RIME enchainée, c'est celle qui consiste à reprendre le dernier mot du vers précédent, pour en former le premier du vers suivant. Ce goût barbare en Poésie passait pour un art très-ingénieux. On peut juger du mérite de ce genre d'esprit, autrefois si fêté, par l'exemple suivant, tiré des bigarrures du sieur des Accords :

Pour dire au temps qui court,

Cour est un périlleux passage ;

Pas sage n'est qui Ve en cour ;

Cour est son bien et avantage ;

Rage est sa paix ; pleurs ses soulas ;

Las ! c'est un très-piteux ménage ;

Nage autre part pour tes ébats.

Cette rime est la même que la rime annexée ou fraternisée.

RIME équivoque. Nos anciens poètes français se servaient quelquefois d'une manière de rime qu'on appelle rime équivoque, dans laquelle la dernière syllabe de chaque vers est reprise en une autre signification, au commencement ou à la fin du vers qui suit. Richelet en rapporte l'exemple suivant :

En m'ébattant je fais rondeaux en rime,

Et en rimant bien souvent je m'enrime ;

Bref, c'est pitié entre nous rimailleurs,

Car vous trouvez assez de rime ailleurs ;

Et quand vous plait, mieux que moi rimassez,

Des biens avez, et de la rime assez, &c.

Marot est l'auteur de ces vers bizarres ; c'était-là une gentillesse du goût de son siècle. Nous avons de la peine à concevoir aujourd'hui quel sel on pouvait trouver dans des productions si plates.

RIME fraternisée, cette rime qui a bien du rapport avec la rime annexée, si elle n'est la même chose, consistait suivant nos anciens poètes, à repéter en entier, ou en partie, le dernier mot d'un vers au commencement du vers suivant ; exemple :

Mets voiles au vent, cingle vers nous, Caron,

Car on t'attend, &c.

RIME kirielle, elle consiste à terminer chaque couplet d'un petit poème par un même vers :

Qui voudra savoir la pratique

De cette rime juridique,

Saura que bien mise en effet,

La kirielle ainsi se fait

De plates, de syllabes huit ;

Usez-en donc si bien vous duit,

Pour faire le couplet parfait,

La kirielle ainsi se fait.

On voit bien que cet exemple se ressent de l'origine barbare de la kirielle ; mais nous ne manquons pas de couplets de chansons où elle est mise avec esprit.

RIME rétrograde, sous Charles VIII. et Louis XII. les poètes avaient mis les rimes rétrogrades en vogue ; c'était le nom qu'on avait donné aux vers, lorsqu'en les lisant à rebours, on y trouvait encore la mesure et la rime, comme dans ceux-ci ; exemple :

Triomphamment cherchez honneurs et prix,

Désolez, cœurs mécans, infortunés

Terriblement êtes mocquez et pris.

Lisez ces vers en remontant, vous trouverez les mêmes rimes.

Prix et honneurs cherchez triomphamment, &c.

RIME sénée, on nommait ainsi les vers où tous les mots commençaient par la même lettre ; exemple :

Ardent amour, adorable Angélique.

Un poème dont tous les vers commençaient par une même lettre, s'appelait poème en rimes sénées.

RIME féminine, les vers qui finissent par un mot dont la dernière syllabe a pour voyelle un e muet, excepté dans les imparfaits charmaient, aimaient ; ces vers, dis-je, ont une rime féminine, et on les appelle aussi vers féminins ; exemple :

Dans la rime féminine, la ressemblance du son se tire de la pénultième syllabe, parce que l'e muet ne se faisant point sentir, n'est compté pour rien. Dans le dernier hémistiche des vers de rime féminine, il y a toujours une syllabe de plus que dans les vers masculins, qui est la syllabe formée par cet e muet.

RIME masculine, c'est lorsque la dernière syllabe du dernier mot du vers ne comprend point un e muet, qu'on nomme autrement e féminin ; exemple :

Dans cette sorte de rime, on ne considère que la dernière syllabe pour la ressemblance du son, et c'est cette syllabe qui fait la rime. Les mots qui ont un e ouvert rimeraient très-mal avec ceux qui ont un e fermé à la dernière syllabe ; ainsi enfer et étouffer feraient des rimes vicieuses : il faut, autant qu'il est possible, que les dernières syllabes des deux vers qui riment, se ressemblent parfaitement ; cependant on use d'indulgence à cet égard quand le son de la dernière syllabe est plein, ou que les rimes sont rares.

RIME normande, on appelle ainsi des rimes qui ne ressemblent que dans le son, ou dans la manière de les écrire. Ces rimes quoiqu'autorisées par l'emploi qu'en ont fait des poètes célèbres, paraissent toutefois très-vicieuses ; exemple :

Et quand avec transport je pense m'approcher,

De tout ce que les dieux m'ont laissé de plus cher.

RIME redoublée, Chapelle (Claude l'Huillier), élève du célèbre Gassendi, inspira le goût des rimes redoublées à l'abbé de Chaulieu, à ce qu'il nous dit lui-même.

Chapelle au milieu d'eux, ce maître qui m'apprit

Au son harmonieux de rimes redoublées,

L'art de charmer l'oreille et d'amuser l'esprit,

Par la diversité de cent nobles idées.

Ces vers ont fait croire à bien des gens que Chapelle est le premier qui s'est servi des rimes redoublées : mais c'est une erreur ; d'Assoucy les employa longtemps avant lui, et même avec quelque succès, comme M. de Voltaire l'a remarqué.

Pourquoi donc, sexe au teint de rose,

Quand la charité vous impose

La loi d'aimer votre prochain,

Pouvez-vous me haïr sans cause,

Moi qui ne vous fis jamais rien ?

Ah ! pour mon bonheur je vois bien,

Qu'il faut vous faire quelque chose.

(D.J.)

RIME riche, terme de Poésie pour marquer le degré de perfection dans cette partie du vers.

La rime féminine est riche, lorsqu'immédiatement devant la pénultième voyelle ou diphtongue, il y a une même lettre dans les deux qui font la rime ; exemple :

La rime masculine est riche, lorsqu'immédiatement devant la dernière voyelle ou diphtongue, il se trouve quelque lettre semblable dans les deux mots, comme dans heureux, généreux.

RIME suffisante, la rime féminine est suffisante, lorsque la pénultième voyelle ou diphtongue avec tout ce qui la suit, rendent un même son dans les mots qui font la rime : Exemple,

La rime masculine est pareillement suffisante, lorsque la dernière voyelle ou diphtongue des mots avec tout ce qui la suit, rendent un même son : Exemple,

RIMES croisées, c'est lorsqu'on entrelace les vers des deux espèces, un masculin après un féminin, ou deux masculins de même rime entre deux féminins qui riment ensemble. L'ode, le rondeau, le sonnet, la ballade, se composent à rimes croisées.

RIMES mêlées, c'est lorsque dans le mélange des vers, on ne garde d'autres règles que celle de ne pas mettre de suite plus de deux vers masculins, ou plus de deux féminins. Les fables, les madrigaux, les chansons, quelques idilles, certaines pièces de théâtre, les opéra, les cantates, etc. sont composés de rimes mêlées. La répétition de la même consonnance, loin d'être vicieuse dans les rimes mêlées, y jette pour l'ordinaire de l'agrément.

RIMES plates, c'est lorsque les vers de même rimes se suivent par couples, deux masculins et deux féminins. La comédie, l'églogue et l'élégie, se composent à rimes plates. Pour le poème épique et la tragédie, ils sont nécessairement assujettis à cette ordonnance de vers. Il faut avoir soin d'éviter la fréquente répétition des mêmes rimes, qui feraient une monotonie desagréable.

RIMES unissonnes, rimes qui ont le même son. L'orthographe différente ne rend point la rime défectueuse, quand le son est le même à la fin des mots. Ainsi les rimes suivantes et autres semblables, sont régulières. Amant, moment ; départ, hasard ; champêtre, connaître ; sang, flanc ; aime, extrême.

Tout conspire à la fois à troubler mon repos,

Et je me plains ici du moindre de mes maux.

Au reste M. l'abbé Massieu prétend que le plus ancien morceau de poésie rimé qu'il y ait dans toute l'Europe, est la traduction ou le poème de la grâce, composé par Afrid, religieux de Vissembourg, qui vivait vers le milieu du neuvième siècle ; c'est du franc tout pur, auquel nous n'entendons plus rien. (D.J.)

RIME, on sousentend longue, (Marine) commandement à l'équipage d'une chaloupe, de prendre beaucoup d'eau avec les pelles de rames, et de tirer longuement dessus ces rames.

RIME BONNE, ou BONNE RIME, (Marine) commandement aux matelots du dernier banc d'une chaloupe, de voguer ou de ramer comme il faut.




Affichages : 2596