Imprimer
Catégorie parente: Beaux-arts
Catégorie : Poésie dramatique
LE (Poésie dramatique) Le tragique est ce qui forme l'essence de la tragédie. Il contient le terrible et le pitoyable, ou si l'on veut, la terreur et la pitié. La terreur est un sentiment vif de sa propre faiblesse à la vue d'un grand danger : elle est entre la crainte et le désespoir. La crainte nous laisse encore entrevoir, au moins confusément, des moyens d'échapper au danger. Le désespoir se précipite dans le danger même. La terreur au contraire affaisse l'âme, l'abat, l'anéantit en quelque sorte, et lui ôte l'usage de toutes ses facultés : elle ne peut ni fuir le danger ni s'y précipiter. Or c'est ce sentiment que produit dans Sophocle le malheur d'Oedipe. On y voit un homme né sous une étoile malheureuse, poursuivi constamment par son destin, et conduit au plus grand des malheurs par des succès apparents. Ce n'est point là, quoi qu'en ait dit un de nos beaux esprits, un coup de foudre qui fait horreur, ce sont des malheurs de l'humanité qui nous effraient. Quel est l'homme malheureux qui n'attribue au-moins une partie de son malheur à une étoile funeste ? Nous sentons tous que nous ne sommes pas les maîtres de notre sort ; que c'est un être supérieur qui nous guide, qui nous emporte quelquefois ; et le tableau d'Oedipe n'est qu'un assemblage de malheurs dont la plupart des hommes ont éprouvé au-moins quelque partie ou quelque degré. Ainsi, en voyant ce prince, l'homme faible, l'homme ignorant l'avenir, l'homme sentant l'empire de la divinité sur lui, craint, tremble pour lui-même, et pleure pour Oedipe : c'est l'autre partie du tragique, la pitié qui accompagne nécessairement la terreur, quand celle-ci est causée en nous par le malheur d'autrui.

Nous ne sommes effrayés des malheurs d'autrui, que parce que nous voyons une certaine parité entre le malheureux et nous ; c'est la même nature qui souffre, et dans l'acteur et dans le spectateur. Ainsi, l'action d'Oedipe étant terrible, elle est en même-temps pitoyable ; par conséquent elle est tragique. Et à quel degré l'est-elle ! Cet homme a commis les plus noirs forfaits, tué son père, épousé sa mère ; ses enfants sont ses freres ; il l'apprend, il en est convaincu dans le temps de sa plus grande sécurité ; sa femme, qui est en même-temps sa mère, s'étrangle ; il se crève les yeux dans son désespoir : il n'y a pas d'action possible qui renferme plus de douleur et de pitié.

Le premier acte expose le sujet ; le second fait naitre l'inquiétude ; dans le troisième, l'inquiétude augmente ; le quatrième est terrible : " Me voilà prêt à dire ce qu'il y a de plus affreux,.... et moi à l'entendre " ; le cinquième est tout rempli de larmes.

Par-tout où le tragique ne domine pas, il n'y a point de tragédie. Le vrai tragique règne, lorsqu'un homme vertueux, ou du-moins plus vertueux que vicieux, est victime de son devoir, comme le sont les Curiaces ; ou de sa propre faiblesse, comme Ariane et Phedre ; ou de la faiblesse d'un autre homme, comme Polieucte ; ou de la prévention d'un père, comme Hippolyte ; ou de l'emportement passager d'un frere, comme Camille ; qu'il soit précipité par un malheur qu'il n'a pu éviter, comme Andromaque ; ou par une sorte de fatalité à laquelle tous les hommes sont sujets, comme Oedipe ; voilà le vrai tragique ; voilà ce qui nous trouble jusqu'au fond de l'âme, et qui nous fait pleurer. Qu'on y joigne l'atrocité de l'action avec l'éclat de la grandeur, ou l'élévation des personnages ; l'action est héroïque en même temps et tragique, et produit en nous une compassion mêlée de terreur ; parce que nous voyons des hommes, et des hommes plus grands, plus puissants, plus parfaits que nous, écrasés par les malheurs de l'humanité. Nous avons le plaisir de l'émotion, et d'une émotion qui ne va point jusqu'à la douleur ; parce que la douleur est le sentiment de la personne qui souffre, mais qui reste au point où elle doit être, pour être un plaisir.

Il n'est pas nécessaire qu'il y ait du sang répandu, pour exciter le sentiment tragique. Ariane abandonnée par Thésée dans l île de Naxe ; Philoctete dans celle de Lemnos, y sont dans des situations tragiques, parce qu'elles sont aussi cruelles que la mort même : elles en présentent même une idée funeste, où l'on voit la douleur, le désespoir, l'abattement, enfin tous les maux du cœur humain.

Mais la punition d'un oppresseur n'opère point le tragique. Mithridate tué ne me cause pas de pitié, non plus qu'Athalie et Aman, ni Pyrrhus. De-même les situations de Monime, de Joad, d'Esther, d'Andromaque, ne me causent point de terreur. Ces situations sont très-touchantes ; elles serrent le cœur, troublent l'âme à un certain point, mais elles ne vont pas jusqu'au but. Si nous les prenons pour du tragique, c'est parce qu'on l'a donné pour tel, que nous sommes accoutumés à nous en tenir à quelque ressemblance ; et qu'enfin, quand il s'agit de plaisir, nous ne croyons pas toujours nécessaire de calculer exactement ce qu'on pourrait nous donner. Où sont donc les dénouements vraiment tragiques ? Phedre et Hippolyte, les freres ennemis, Britannicus, Oedipe, Polieucte, les Horaces, en voilà des exemples. Le héros pour qui le spectateur s'intéresse, tombe dans un malheur atroce, effrayant : on sent avec lui les malheurs de l'humanité ; on en est pénétré ; on souffre autant que lui.

Aristote se plaignait de la mollesse des spectateurs athéniens, qui craignaient la douleur tragique. Pour leur épargner des larmes, les poètes prirent le parti de tirer du danger le héros aimé, nous ne sommes pas moins timides sur cet article que les Athéniens. Nous avons si peur de la douleur, que nous en craignons même l'ombre et l'image, quand elle a un peu de corps. C'est ce qui amollit, abattardit le tragique parmi nous. On sent l'effet de cette altération, quand on compare l'impression que fait Polieucte avec celle d'Athalie. Elles sont touchantes toutes deux : mais dans l'une l'âme est plongée, noyée dans une tristesse délicieuse : dans l'autre, après quelques inquiétudes, quelques moments d'allarmes, l'âme est soulevée par une joie qui s'évapore, et se perd dans l'instant. (D.J.)

TRAGIQUE BOURGEOIS. (Poème dramat. trag.) Le tragique - bourgeois est une pièce dramatique, dont l'action n'est pas héroïque, soit par elle-même, soit par le caractère de ceux qui la font ; elle n'est pas héroïque par elle-même ; c'est-à-dire, qu'elle n'a pas un grand objet, comme l'acquisition d'un trône, la punition d'un tyran. Elle n'est pas non plus héroïque par le caractère de ceux qui la font ; parce que ce ne sont pas des rais, des conquérants, des princes qui agissent, ou contre lesquels on agit.

Quoique la tragédie définisse la représentation d'une action héroïque, il n'est pas douteux qu'on ne puisse mettre sur le théâtre un tragique-bourgeois. Il arrive tous les jours dans les conditions médiocres des événements touchants qui peuvent être l'objet de l'imitation poétique. Il semble même que le grand nombre des spectateurs étant dans cet état mitoyen, la proximité du malheureux et de ceux qui le voient souffrir, serait un motif de plus pour s'attendrir. Cependant, s'il est vrai qu'on ne peut donner le brodequin aux rais, il n'est pas moins vrai qu'on ne peut ajuster le cothurne au marchand. La tragédie ne peut consentir à cette dégradation :

Indignatur enim privatis, ac propè socco

Dignis carminibus narrari coena Thyestae.

D'ailleurs, l'objet des arts, qui sont tous faits pour embellir la nature, étant de viser toujours au plus grand et au plus noble, où peut-on trouver le tragique parfait, que dans les rois ? sans compter qu'étant hommes comme nous, ils nous touchent par le lien de l'humanité ; le degré d'élévation où ils sont, donne plus d'éclat à leur chute. L'espace qu'ils remplissaient par leur grandeur, semble laisser un plus grand vuide dans le monde. Enfin l'idée de force et de bonheur qu'on attache à leur nom, augmente infiniment la terreur et la compassion. Concluons qu'il n'est pas d'un habile artiste de mettre sur la scène le tragique - bourgeois, ou ce qui revient au même, des sujets non héroïques. (D.J.)

TRAGIQUE UN, (Poésie dramat.) ou un poète tragique, veut dire poète qui a fait des tragédies, etc. Voyez TRAGEDIE. (D.J.)



Affichages : 1372