Imprimer
Catégorie parente: Beaux-arts
Catégorie : Musique & Lutherie
S. m. (Musique et Lutherie) cet instrument passe pour le premier instrument à vent dont on ait fait usage. C'était un roseau percé à différentes distances. On en attribue l'invention aux Phrygiens, aux Lybiens, aux Egyptiens, aux Arcadiens, et aux Siciliens : ces origines différentes viennent de ce que celui qui perfectionnait, passait à la longue pour celui qui avait inventé. C'est en conséquence qu'on lit dans Pline, que le chalumeau fut trouvé par Pan, la flute courbe par Midas, et la flute double par Marsias.

Notre chalumeau est fort différent de celui des anciens : c'est un instrument à vent et à anche, comme le hautbais. Il est composé de deux parties ; de la tête, dans laquelle est montée l'anche semblable à celle des orgues : excepté que la languette est de roseau, et que le corps est de bouis ; du corps de l'instrument, où sont les trous au nombre de neuf, marqués dans la figure, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8. Le premier trou 1, placé à l'opposite des autres, est tenu fermé par le pouce de la main gauche ; les trois suivants 2, 3, 4, le sont par les doigts index, moyen, et annulaire de la même main ; les trous 5, 6, 7, 8, sont fermés par les quatre doigts de la main droite. Il faut remarquer que le huitième trou est double, c'est-à-dire que le corps de l'instrument est percé dans cet endroit de deux petits trous, placés à côté l'un de l'autre. Celui qui joue de cet instrument, qui se tient et s'embouche comme la flute-à-bec (voyez FLUTE-A-BEC), ferme à-la-fais ou séparément les deux trous, comme il convient, et tire un ton ou un semi-ton, ainsi qu'on le pratique sur divers autres instruments.

Ce chalumeau a le son desagréable et sauvage : j'entends quand il est joué par un musicien ordinaire ; car il n'y a aucun instrument qui ne puisse plaire sous les doigts d'un homme supérieur ; et nous avons parmi nous des maîtres qui tirent du violoncelle même des sons aussi justes et aussi touchants que d'aucun autre instrument. Il parait que le chalumeau, dont la longueur est moindre que d'un pied, peut sonner l'unisson des tailles et des dessus du clavecin. Il n'est plus en usage en France. Voyez la Pl. de Lutherie, figures 20, 21, et 22. La figure 20. représente l'instrument entier Ve en-dessous ; la figure 21, le corps de l'instrument Ve en-dessus ; et la figure 22, l'anche séparée.

* CHALUMEAU, chez les Orfèvres, Emailleurs, Metteurs-en-œuvre ; c'est un tuyau de cuivre assez long, plus gros à son embouchure qu'à l'autre bout, qui est recourbé, et Ve en diminuant toujours jusqu'à son extrémité : on en met l'ouverture la plus grande dans sa bouche ; l'ouverture la plus petite correspond à la flamme de la lampe ; et l'air qui s'en échappe, dirige cette flamme en cone sur la pièce qu'on veut souder. Voyez Planc. de Joaillier et Metteur-en-œuvre, C D, figure première.




Affichages : 2025