Dessein)) terme de peinture, que nous avons emprunté des Italiens, pour désigner la délicatesse, la tendresse, les grâces, le moèlleux des figures d'un tableau. Personne n'a réussi dans la morbidezza, comme le Corrège. Il suffirait pour s'en convaincre, de voir dans le cabinet du roi, le beau tableau de Spotalise, dont le cardinal Antoine Barberin fit présent au cardinal Mazarin, ainsi qu'une Venus qui dort ; et dans la galerie du palais royal, la Madelaine joignant les mains, l'Amour qui travaille son arc, une petite Sainte-Famille, etc. (D.J.)