LE, autrement nommé par les Français, fleuve saint Louis, (Géographie) fleuve de l'Amérique septentrionale, le plus considérable de la Louisiane, qu'il traverse d'un bout à l'autre jusqu'à son entrée dans la mer. Il arrose un des grands pays du monde, habité par des sauvages. Ferdinand Soto, espagnol, le découvrit en 1541, et on le nommait dans son temps Cucagna. En 1673, M. Talon, intendant de la nouvelle France, envoya pour le parcourir, le P. Marquette, jésuite, et le sieur Joliet, bourgeois de Quebec, qui le descendirent depuis les 43. 20. de latitude nord, jusqu'au 33. 49. M. d'Iberville, capitaine de vaisseau, découvrit le pays du Mississipi, et le premier établissement d'une colonie française s'y fit en 1598.

M. Delisle a prouvé en 1700, que l'embouchure de ce fleuve est au milieu de la côte septentrionale du golfe du Mexique. Mais on lui donne aujourd'hui plus de vingt embouchures différentes. Lisez pour preuve, la description qu'en a faite le père Charlevoix.

Ce fleuve perce tous les jours de nouvelles terres, où il s'établit un nouveau cours, et en peu de temps des lits très-profonds. Sa largeur est par-tout d'une demi-lieue, ou de trois quarts de lieue, souvent partagé par des iles. Sa profondeur est en quelques endroits de soixante brasses, ce qui joint à sa grande rapidité, le rend difficilement navigable depuis son confluent avec le Missouri, et fait que presque par-tout la pêche y est impraticable.

Il reçoit dans son cours à droite et à gauche plusieurs autres rivières fort considérables, dont les noms sont connus par les relations des voyageurs qui ont remonté ce fleuve. Mais depuis la chute du Missouri dans ce fleuve, il commence à être embarrassé d'arbres flottants, et il en charrie une si grande quantité, qu'à toutes les pointes on en trouve des amas, dont l'abattis remplirait les plus grands chantiers de Paris. Enfin, on lui donne plus de 650. lieues d'étendue. (D.J.)