(Géographie) Hamburgum, grande et très-riche ville d'Allemagne, au cercle de basse-Saxe, dans le duché de Holstein, dont elle est indépendante. Elle fut fondée par Charlemagne : vous trouverez toute son histoire dans quantité d'écrivains, Lambecius, Zeyler, Hubner, et autres.

Il y a aujourd'hui dans cette ville un sénat composé de quatre bourguemestres et de vingt conseillers, dont dix sont gens lettrés, et dix négociants, de trois syndics, et un secrétaire. La ville et le chapitre sont de la confession d'Augsbourg ; la magistrature de Hambourg a le libre gouvernement dans les affaires temporelles et spirituelles ; les rois de Danemarck ont fait tous leurs efforts pour s'emparer de cette ville, mais la protection des puissances voisines la garantit de l'esclavage.

Elle a autrefois tenu la première place entre les villes hanséatiques ; elle tient aujourd'hui le premier rang pour le commerce du nord, et sa banque y a le plus haut crédit. Sa situation sur l'Elbe, qui y fait remonter de grands vaisseaux, lui est très-avantageuse pour le trafic. Elle est à 14 lieues N. O. de Lunebourg, 15 S. O. de Lubeck, 24 S. de Sleswig, 22 N. E. de Brême, 170 N. O. de Vienne. Longit. suivant Cassini, 27. 35. 30. lat. 52. 42.

Voici plusieurs savants qu'Hambourg a produits, et qu'il faut connaitre.

Gronovius (Jean Fréderic) habile critique, naquit dans cette ville en 1611, et devint professeur en Belles-Lettres à Leyde, où il mourut en 1672. Il a donné quelques éditions d'anciens auteurs, des observations en trois livres, et un excellent traité des Sesterces ; mais son fils Jacques Gronovius a effacé, ou, si l'on aime mieux, a encore augmenté sa gloire.

Holstenius, (Luc), garde de la bibliothèque du Vatican, était éclairé dans l'antiquité ecclésiastique et prophane ; il en a donné des preuves par des dissertations exactes et judicieuses ; il a publié la vie de Pythagore par Porphyre, et celle de Porphyre. Il est mort à Rome en 1661, âgé de 65 ans.

Krantzius (Albert), historien célèbre pour son siècle ; car il mourut en 1517, à l'âge d'environ 70 ans, après avoir composé de bons ouvrages latins sur l'histoire, imprimés plusieurs fois depuis sa mort ; savoir 1°. une chronique de Danemarck, de Suède, et de Norvège ; 2°. une histoire de Saxe en treize livres ; 3°. une histoire des Vandales ; 4°. un ouvrage intitulé Metropolis, qui contient en 14 livres l'histoire ecclésiastique de Saxe, de Westphalie, et de Jutland. Il est vrai que la réputation de Krantz a été fort maltraitée par quelques censeurs, et qu'on ne peut pas trop le justifier de grands plagiats.

Lambecius (Pierre) passe sans aucune accusation de ce genre, pour un des savants historiographes d'Allemagne, comme le prouvent ses ouvrages ; j'entends les suivants : 1°. les origines Hamburgenses, en 2 vol. imprimés à Hambourg in-4 °. en 1652 et 1661 ; 2°. ses lucubrationes Gellianae, Paris 1647, in-4 °. 3°. animadversiones ad codini origines Constantinopolitanas, Paris, 1665, in-fol. elles sont pleines d'érudition ; 4°. le catalogue latin de la bibliothèque impériale en 8 vol. in-fol. Ce catalogue est par-tout accompagné d'un commentaire historique curieux, mais trop diffus ; Lambecius mourut à Vienne en 1680, à 52 ans.

Placcius (Vincent) mourut d'apoplexie en 1699 à 57 ans, a publié quantité d'écrits, dont vous trouverez la liste dans Morery et dans le P. Niceron, tome I. Le principal de ses ouvrages latins est son recueil des anonymes et des pseudonymes, Hamb. 1674. in-4°. première édition, et qui a ensuite été réimprimé plus complet par Matthias Dreyer en 1708, in-fol.

Rolfinck (Guerner), en latin Rolfincius, élevé par Schelhammer son oncle, fut un médecin de réputation ; mais entre beaucoup d'ouvrages qu'il a faits, et dont Lippenius ou Manget ont donné la liste, les seuls qu'on achète encore, sont ses dissertationes anatomicae, Noribergae, 1656 in-4 °. Il mourut à Jéne en 1673, agé de 74 ans, et laissa plusieurs écrits sur la Médecine qui ont vu le jour.

Wower (Jean) est auteur d'un ouvrage plein d'érudition, intitulé de polymathia tractatio, à Basle, 1603, in-4 °. Il a aussi publié avec des notes, Pétrone, Apulée, Sidonius Apollinaris, et Minutius Felix. Il mourut gouverneur de Gottorp en 1612, âgé de 38 ans ; il faut le distinguer de Jean Wower, son parent, ami de Lipse, qui mourut à Anvers en 1635 à 69 ans. (D.J.)