(Géographie) état souverain de l'Europe, entre les terres de l'empire, et celles du royaume de France. Plusieurs écrivains, entr'autres le P. Calmet, ont donné l'histoire intéressante de cet état, en 7 vol. in-fol. nous n'en dirons ici que deux mots.

Le premier sort des peuples qui l'habitaient, fut de subir le joug des Romains comme les autres Gaulois ; ils obéirent à ces maîtres du monde, jusqu'au commencement de la monarchie française.

Ce pays fit la plus considérable partie du royaume d'Austrasie, qui se forma dans les partages des enfants de Clovis et de Clotaire. Il ne changea de nom que sous le règne du jeune Lothaire, fils de l'empereur Lothaire, et sous lequel il eut le titre de royaume, regnum Lotharii ; d'où l'on fit Lotharingia, et de Lotharingia, vint le vieux mot français Loherrègne : depuis pour Loherrègne, on a dit Lorrène, et enfin Lorraine. Ce pays dans le xiij. siècle se nommait aussi Lothier, comme il parait par une publication de paix de l'an 1300, qui commence ainsi : " Jehan, par la grâce de Dieu, duc de Lothier, de Braibant et Lemboure "....

La Lorraine fut par succession de temps divisée en deux grands duchés, dont l'un s'appelle Lorraine supérieure, ou Lorraine Mosellane, et l'autre Lorraine inférieure, ou Lorraine sur la Meuse.

Enfin, la Lorraine fut réduite à une bien petite portion du pays qui avait porté ce nom, et ne fut plus connue que sous la simple dénomination de duché de Lorraine, dont nous devons parler ici.

Cet état est borné au nord par les évêchés de Metz, Toul, et Verdun, par le Luxembourg, et par l'archevêché de Treves ; à l'orient par l'Alsace, et par le duché des Deux-ponts ; au midi par la Franche-Comté, et au couchant par la Champagne et par le duché de Bar. Il a 35 à 40 lieues de long depuis Longwick jusqu'à Philipsbourg, et 25 à 30 lieues de large depuis Bar jusqu'à Vaudrange. Nancy en est la capitale.

Ce pays abonde en grains, vins, chanvre, gibier et poisson ; il s'y trouve de vastes forêts, des mines de fer, et plusieurs salines. Il est arrosé d'un grand nombre de rivières, dont les plus considérables sont la Meuse, la Moselle, la Seille, la Meurte, la Saône et la Sare. Jaillot est le géographe qui en a donné la meilleure carte.

Les terres du domaine de la Lorraine comprennent quatre grands bailliages ; le bailliage de Nancy, celui de Vosge, celui de Bassigni, et le bailliage allemand, appelé aussi la Lorraine allemande.

Les ducs de Lorraine descendent en ligne directe masculine de Gerard d'Alsace, comte de Castinach, issu d'une noble et ancienne maison du pays ; et oncle de l'empereur Conrard. Henri le Noir empereur, lui donna la Lorraine supérieure à titre de duché, en 1048, et ses descendants en ont joui jusqu'au traité conclu à Vienne en 1738, par lequel ce duché est cédé au roi Stanislas I. pendant sa vie, pour être réuni à la couronne de France après la mort de ce prince ; c'est l'ouvrage du cardinal de Fleuri. Ainsi par la sagesse de ce ministre, cette province a eu pour la dernière fois un prince résident chez elle et ce souverain l'a rendue très-heureuse ; son nom sera longtemps cher aux habitants d'un pays dont il est le père. (D.J.)