Imprimer
Catégorie parente: Histoire
Catégorie : Géographie
(Géographie) grand pays situé au milieu de l'Europe, avec titre d'Empire ; borné à l'est par la Hongrie et la Pologne ; au nord par la mer Baltique et le Danemark ; à l'occident par les Pays-bas, la France et la Suisse ; au midi par les Alpes ou l'Italie, et la Suisse. Il a environ 240 lieues de la mer Baltique aux Alpes, et 200 du Rhin à la Hongrie. Il est divisé en neuf cercles, qui sont l'Autriche, le bas Rhin, le haut Rhin, la Bavière, la haute Saxe, la basse Saxe, la Franconie, la Souabe, et la Westphalie. Long. 23. 37. lat. 46. 55.

C'est un composé d'un grand nombre d'Etats souverains et libres, quoique sous un chef commun. On conçoit que cette constitution de gouvernement établissant dans un même empire une infinité de frontières différentes, supposant d'un lieu à un autre des lois différentes, des monnaies d'une autre espèce, des denrées appartenantes à des maîtres différents, etc. on conçoit, dis-je, que toutes ces circonstances doivent mettre beaucoup de variété dans le commerce. En voici cependant le général et le principal à observer. Pour encourager ses sujets au commerce, l'empereur a établi le port franc sur la mer Adriatique, par des compagnies tantôt projetées, tantôt formées dans les Pays-bas ; par des privilèges particuliers accordés à l'Autriche, à la Hongrie, à la Boheme (Voyez COMPAGNIE et PORT) ; par des traités avec les puissances voisines, et surtout par le traité de 1718 avec la Porte, dans lequel il est arrêté que le commerce sera libre aux Allemands dans l'empire Ottoman ; que depuis Vidin les Impériaux pourront faire passer leurs marchandises sur des sacques turques en Tartarie, en Crimée, etc. que les vaisseaux de l'Empire pourront aborder sur la Méditerranée dans tous les ports de Turquie ; qu'ils seront libres d'établir des consuls, des agens, etc. par-tout où les alliés de la Porte en ont déjà, et avec les mêmes prérogatives ; que les effets des marchands qui mourront ne seront point confisqués ; qu'aucun marchand ne sera appelé devant les tribunaux ottomants, qu'en présence du consul impérial ; qu'ils ne seront aucunement responsables des dommages causés par les Maltais ; qu'avec passeport ils pourront aller dans toutes les villes du Grand-Seigneur où le commerce les demandera : enfin que les marchands ottomants auront les mêmes facultés et privilèges dans l'Empire.




Affichages : 955