SAINT, (Histoire moderne) ordre militaire institué à Jérusalem par les chrétiens d'occident lorsqu'ils se furent rendus maîtres de la Terre-sainte. Les fonctions de cet ordre étaient d'avoir soin des pélerins, de les garder et de les défendre sur leur route des insultes des Mahométants. Quelques auteurs disent qu'il a été institué en 1119. Le Pape Alexandre IV. le confirma par une bulle en 1255, et lui donna la règle de saint Augustin. Les chevaliers de cet ordre ayant été chassés de la Terre-sainte, il s'en retira une partie en France, où ils possédaient déjà la terre de Boigny, près d'Orléans, que le roi Louis VII. leur avait donnée, et dans laquelle ils fixèrent leur résidence, gardèrent leurs titres, et tinrent leurs assemblées. En 1490 Innocent VIII. supprima en Italie l'ordre de Saint Lazare, ou plutôt il l'unit à celui de Malte. Léon X. le retablit en Italie au commencement du xvj. siècle. En 1572 Grégoire XIII. l'unit en Savoie à l'ordre de S. Maurice, que le duc Emmanuel Philibert venait d'instituer. En 1608 cet ordre fut uni en France à celui de Notre-Dame de Mont-Carmel, et Louis XIV. lui accorda depuis plusieurs privilèges. Les chevaliers de Saint Lazare peuvent se marier et posséder en même temps des pensions sur bénéfices : on l'appelle maintenant l'ordre de Notre-Dame de Mont-Carmel et de Saint Lazare de Jérusalem. Il est composé d'environ 650 laïques-prieurs et freres servant d'armes, qui jouissent des commanderies et des mêmes privileges que les chevaliers, ainsi que des pensions sur bénéfices. Les premiers portent la croix émaillée de pourpre et de vert, fleurdelisée d'or, attachée à un grand cordon de soie moiré, pourpré ; et les autres portent la croix émaillée et fleurdelisée d'or aux mêmes émaux, en forme de médaille, attachée à une chaîne d'or à la boutonnière, avec la devise de l'ordre au haut de l'écusson de leurs armoiries, Dieu et mon Roi. M. le duc d'Orléans en a été le grand-maître ; c'est présentement monseigneur le duc de Berry, second fils de monseigneur le Dauphin.

LAZARE, Saint, (Prêtres de) nommés aussi Lazaristes, clercs séculiers d'une congrégation instituée en France dans le xvij. siècle, par M. Vincent de Paule. Ils prennent leur nom d'une maison qu'ils ont dans le faubourg saint Denis à Paris, qui était autrefois un prieuré sous le titre de Saint Lazare. Ils ne font que des vœux simples, et ils peuvent en être entièrement dispensés au besoin. Leur institut est de former des missionnaires et des directeurs capables de conduire les jeunes ecclésiastiques dans les séminaires, dont plusieurs en France sont confiés à leurs soins. Leur maison de Saint Lazare, où réside le général, est aussi une maison de force pour renfermer les jeunes gens dont les débauches et la mauvaise conduite obligent leurs parents de sévir contr'eux. Ces prêtres dirigent aussi quelques cures en France, entr'autres celles de Versailles et des Invalides, de Fontainebleau, etc.