S. m. pl. (Histoire ancienne) peuple venu de la Scandinavie, et qui faisait partie de la nation des Goths. On les appelait Westergoths ou Goths occidentaux, d'où on les a nommés Visigoths par corruption, parce qu'ils habitaient originairement la partie occidentale de la Suède, du côté du Danemarck. Après avoir changé plusieurs fois de demeure, l'empereur Théodose leur accorda des terres en Thrace, d'où ils firent plusieurs incursions en Italie ; enfin, en 410, sous la conduite d'Alaric, ils prirent et pillèrent la ville de Rome. Après la mort d'Alaric, les Visigoths élurent Ataulphe, son beau-frere, pour leur roi, qui alla faire une invasion dans les Gaules et en Espagne, où ils fondèrent en 418 une monarchie puissante, dont Toulouse était la capitale. Après avoir chassé les Sueves et les Alains d'Espagne, ils y soutinrent la guerre contre les Romains, qu'ils dépouillèrent totalement de ce royaume. La puissance des Visigoths dura dans les Gaules jusqu'à l'an 507, où Clovis, roi de France, tua leur roi Alaric dans la bataille de Vouglé, et se rendit maître de la plus grande partie de ses états. La puissance des Visigoths subsista en Espagne jusqu'à la conquête de ce royaume par les Mahométants ou Maures.

VISIGOTHES, loix (Jurisprudence) Voyez au mot LOI l'article LOI DES VISIGOTHS ; et au mot CODE, l'article CODE DES LOIX ANTIQUES, CODE D'ALARIC, CODE D'ANIAN, CODE D'EVARIX. (A)