Imprimer
Catégorie parente: Histoire
Catégorie : Histoire des Juifs
S. m. (Histoire judaïque) terme hébreu, que les Grecs ont traduit par , et par , et qui se trouve en quelques endroits de l'Ecriture.

Les critiques sont fort partagés sur la signification de ce mot ; quelques-uns craient qu'il est égyptien, et qu'il signifie une sorte d'ornement qui ne nous est pas bien connu. Les septante le traduisent par des choses immobiles, et Aquila par des pendants. Les paraphrastes chaldéens le rendent tantôt par tephilim, des préservatifs ; et tantôt par une tiare, une couronne, un brasselet, faisant apparemment attention à l'usage des juifs de leur temps, qui prenaient les totaphot pour des bandes de parchemin qu'ils portaient sur le front. Voyez FRONTAL ou FRONTEAU.

Quelques rabbins veulent que totaphot signifie un miroir ; d'autres, comme Oléaster, Neyer, Grotius, prétendent qu'en égyptien il signifie des lunettes. Scaliger et Lightfoot l'expliquent par amuleta, des phylactères, des préservatifs ; Samuèl Petit, par des figures obscènes que les payens portaient en forme de préservatifs. S. Jérôme croit que par ce terme il faut entendre les tephilim ou bandes de parchemin surchargées de passages de l'Ecriture, que les juifs des Indes, de la Babylonie et de la Perse, et surtout les pharisiens, affectaient de porter de son temps.

Le P. Calmet croit que totaphot signifie des pendants qu'on mettait sur le front, et qui pendaient entre les yeux ; mais il ne décrit pas quels ils pouvaient être, ni pour quelle raison on les plaçait ainsi. Il ajoute seulement que Moyse veut que la loi de Dieu soit toujours présente au cœur et à l'esprit des Israélites, comme les totaphos sont toujours présents aux yeux de celles qui les portent, ce qui ferait conjecturer que ces totaphos étaient des ornements de tête des femmes israélites. Calmet, diction. de la Bible, t. III. p. 699.




Affichages : 1006