(Géographie ancienne et moderne) en latin Lampsacus ; ville ancienne de l'Asie mineure ; dans la Mysie, presque au bord de la mer, à l'entrée de la Propontide : elle avait un temple dédié à Cybele, et un port vanté par Strabon, vis-à-vis de Callipolis, ville d'Europe dans la Chersonese de Thrace. Elle s'était accrue des ruines de la ville voisine de Paesus, dont les habitants passèrent à Lampsaque. Quelques-uns disent qu'elle fût bâtie par les Phocéens, et d'autres par les Milésiens en la xxxj. olympiade.

On sait comme la présence d'esprit d'Anaximène sauva Lampsaque de la fureur d'Alexandre. Ce prince honteusement insulté par cette ville, marchait dans la résolution de la détruire. Anaximène fut prié par ses concitoyens, d'aller intercéder pour leur patrie commune ; mais d'aussi loin qu'Alexandre l'aperçut : " Je jure, s'écria-t-il, de ne point accorder ce que vous venez me demander.... " Eh bien, dit Anaximène, je vous demande de détruire Lampsaque. Ce seul mot fut comme une digue qui arrêta le torrent prêt à tout ravager ; le jeune prince crut que le serment qui lui était échappé, et dans lequel il avait prétendu renfermer une exception positive de ce qu'on lui demanderait, le liait d'une manière irrévocable, et Lampsaque fut ainsi conservée.

Ses vignobles étaient excellents, c'est pourquoi, au rapport de Cornelius Népos et de Diodore de Sicile, ils furent assignés à Thémistocle par Artaxerxe pour sa table.

On adorait à Lampsaque plus particulièrement qu'ailleurs Priape le dieu des jardins, si nous en croyons ce vers d'Ovide, Trist. l. I. eleg. 9. v. 770.

Et te ruricola, Lampsace, tuta deo.

On voyait aussi dans cette ville un beau temple que les habitants avaient pris soin de dédier à Cybele.

Lampsacus, dit Whéler dans ses voyages, a présent appelée Lampsaco, a perdu l'avantage qu'elle avait du temps de Strabon sur Gallipoli ; ce n'est qu'une petite ville ou bourg, habité par quelques turcs et grecs ; c'était une des trois villes que le roi de Perse donna à Thémistocle pour son entretien : Magnésie était pour son pain, Mynus pour sa viande, et Lampsaque pour son vin. Elle a conservé sur les collines qui l'environnent quelques vignes, dont les raisins et les vins, en très-petite quantité, sont excellents.

Whéler se trouvant à Lampsaco, y vit encore dans un jardin deux belles inscriptions antiques ; la première était une dédicace d'une statue à Julia Augusta, remplie des titres de Vésta, et de nouvelle Cérès. L'érection de cette statue fut faite aux dépens de Dionisius, fils d'Apollonitimus, sacrificateur de l'empereur, intendant de la distribution des couronnes, et trésorier du sénat pour la seconde fois ; l'autre inscription était la base d'une statue dressée en l'honneur d'un certain Cyrus ; fils d'Apollonius, médecin de la ville, et érigée par la communauté, à cause des bienfaits qu'elle en avait reçus. (D.J.)