Imprimer
Catégorie parente: Histoire
Catégorie : Antiquité grecque & romaine
(Antiquité grecque et romaine) femme consacrée au culte de quelque dieu du paganisme. La discipline que les Grecs observaient dans le choix des prêtresses, n'était pas uniforme ; en certains endroits on prenait de jeunes personnes qui n'avaient contracté aucun engagement ; telles étaient entr'autres la prêtresse du temple de Neptune, dans l'île Calauria ; celle du temple de Diane à Egire en Achaïe, et celle de Minerve à Tégée en Arcadie. Ailleurs, comme dans le temple de Junon en Messénie, on revêtait du sacerdoce des femmes mariées. Dans un temple de Lucine, situé auprès du mont Cronius en Elide, outre la prêtresse principale, on voyait des femmes et des filles attachées au service du temple, et occupées tantôt à chanter les louanges du génie tutélaire de l'Elide, et tantôt à bruler des parfums en son honneur. Denis d'Halicarnasse observe aussi que les temples de Junon dans la ville de Falere en Italie, et dans le territoire d'Argos, étaient desservis par une prêtresse vierge nommée , Cistophore, qui faisait les premières cérémonies des sacrifices, et par des chœurs de femmes qui chantaient des hymnes en l'honneur de cette déesse. L'ordre des prêtresses d'Apollon amycléen, était vraisemblablement formé sur le même plan que celui des prêtresses de Junon à Falere et à Argos : c'était une espèce de société où les fonctions du ministère se trouvaient partagées entre plusieurs personnes. Celle qui était à la tête des autres prenait le titre de mère ; elle en avait une sous ses ordres à qui on donnait le titre de fille ou de vierge ; et après cela venaient peut-être toutes les prêtresses subalternes, dont les noms isolés paraissent dans quelques inscriptions. (D.J.)
Affichages : 1278