Imprimer
Catégorie parente: Histoire
Catégorie : Histoire ancienne & mythologie
(Histoire ancienne, Mythologie) fêtes que les Platéens, peuples de l'Epire, aujourd'hui l'Albanie, célébraient depuis leur retour dans leur patrie : c'était pour remercier les dieux de ce qu'ils y étaient rentrés, après en avoir été chassés par les Thébains, et avoir demeuré soixante ans chez les Athéniens, qui donnèrent généreusement asile dans leurs villes à ces infortunés citoyens. D'autres disent que ces fêtes furent instituées au sujet d'une statue de bois, qui représentait Platea fille d'Asopus, et dont Jupiter se servit pour confondre la jalousie de Junon. Les Platéens, ajoutent-ils, en mémoire de cet événement, donnèrent à ces fêtes le nom de dédales, parce qu'anciennement toutes les statues de bois étaient appelées dédales. Pausanias, lib. IX. chap. IIIe rapporte les cérémonies de cette fête, et distingue deux sortes de ces solennités, les grands et les petits dédales. Dans les premiers, tous les Béotiens y assistaient, mais il ne se célébraient que de soixante en soixante ans : ce qui revient à la première origine que nous avons rapportée. Les petits dédales étaient moins solennels, et se célébraient tous les ans selon quelques-uns, et selon d'autres tous les sept ans. On réservait pour porter en procession le jour de cette fête, toutes les statues que l'on avait faites pendant l'année, et huit villes tiraient au sort à qui aurait l'honneur de porter ces statues : Platée, Coronée, Thespie, Tanagre, Cheronée, Orchomene, Lepadée, et Thebes. Cette distinction concilie la seconde opinion sur l'origine des dédales avec la première. (G)
Affichages : 560