Histoire ancienne & mythologie

S. m. pl. (Mythologie et Géographie ancienne) îles supposées par la fable à l'embouchure du Pô. Ce fut dans une de ces îles que tomba Phaéton foudroyé. Le lac qui le reçut en avait conservé une grande chaleur, et une odeur de soufre funeste aux oiseaux qui s'y exposaient. On ajoute qu'on y trouvait beaucoup d'ambre, en grec , d'où vient le nom d'Electrides.
(Histoire ancienne et Mythologie) on entend par ce terme, ou le second jour des apaturies, ou en général le lendemain d'une fête, ou le second jour des noces. Voyez APATURIE, NOCE, etc.
adj. pris subst. (Mythologie et Histoire ancienne) sacrifices qui se faisaient à Rome sur le mont Célien, avec de la farine, des feves, et du lard, en l'honneur de la déesse Carna femme de Janus. Cette cérémonie donna le nom aux calendes de Juin, temps pendant lequel elle se célébrait.
ou FRIGGA, (Histoire ancienne, Mythologie) c'était une des principales divinités des anciens Saxons, l'épouse de Wodan, et la conservatrice de la liberté publique. Elle était représentée sous la forme d'une femme nue, couronnée de myrte, une flamme allumée sur le sein, un globe dans la main droite, trois pommes d'or dans sa gauche, et les grâces à la suite, sur un char attelé de cygnes : c'est ainsi qu'on l'a trouvée à Magdebourg, où Drusus Néron introduisit son culte. On prétend que c'est de Freya que vient le Freytag des Allemands, le dies Veneris des Latins, notre vendredi : d'où l'on a conclu que la Freya des Germains était aussi la Vénus des Latins. Mais comment arrive-t-il que des peuples tels que les Germains, les Latins, les Syriens, les Grecs, aient, antérieurement à toute liaison connue par l'histoire, adoré des dieux communs ? Ces vestiges de ressemblance dans les mœurs, les idiomes, les opinions, les préjugés, les superstitions des peuples, doivent déterminer les Savants à étudier l'histoire des siècles anciens, d'après ces monuments, les seuls que le temps ne peut entièrement abolir.
S. f. (Histoire ancienne et Mythologie) C'est ainsi que les anciens Celtes, qui habitaient la Scandinavie, appelaient la déesse de la mort. Suivant leur mythologie, elle était fille de Loke ou du démon ; elle habitait un séjour appelé niflheim ou l'enfer.

Son palais était l'angoisse ; sa table, la famine ; ses serviteurs, l'attente et la lenteur ; le seuil de sa porte, le danger ; son lit la maigreur et la maladie : elle était livide, et ses regards inspiraient l'effroi.