Géographie & histoire sacrée

(Géographie ancienne et sacrée) ville capitale de la Pentapole ; elle fut consumée, dit l'Ecriture, par le feu du ciel, avec trois autres villes voisines Gomorre, Zeboïm et Adama, qui toutes étaient plongées dans le crime. Les prophetes parlent souvent de la ruine de Sodome et de Gomorre, et partout ils marquent que ce seront des lieux déserts, arides, inhabités, couverts d'épines ; en un mot, une terre de sel, où l'on ne pourra planter, ni semer : siccitas spinarum, et acervi salis, et désertum usque in aeternum. Deut. xxix. 22. Sophon. 2. ix. Amos. iv. 11.

(Histoire sacrée) ce mot signifie ce qui se met sur les épaules ; c'est le terme latin de la vulgate pour désigner l'éphod, ornement sacerdotal chez les Juifs. Voyez ÉPHOD. (D.J.)
(Géographie sacrée) ville d'Egypte. Jérémie en parle souvent, ch. xj. v. 16. ch. xliij. v. 7, 8, 9, etc. et on prétend qu'il y fut enterré. Les savants croient que Taphnis, ou Taphnae, est la même ville que Daphnae Pelusiae, à seize milles au sud de Péluse, suivant l'itinéraire d'Antonin. (D.J.)
(Géographie ancienne et sacrée) montagne de Galilée, nommée par les Grecs Ithaburius ou Athaburius ; le nom de Thabor en hébreu signifie une hauteur et le nombril. Eusebe place cette montagne sur les frontières de Zabulon au milieu de la Galilée, à 10 milles de Diocésarée vers l'Orient. Josephe, liv. IV. c. ij. dit que le Thabor est haut de 30 stades, et qu'à son sommet il y a une plaine de 26 stades de circuit, environnée de murailles, et inaccessible du côté du septentrion. Polybe, liv. VIII. c. lx. assure qu'il y avait une ville sur son sommet.

(Géographie sacrée) ville dont parle l'Ecriture. Il semble qu'elle fait trois villes de ce nom, mais toutes les trois paraissent être la même qui était dans la Palestine, sur le chemin de Jérusalem à Diospolis. (D.J.)