Imprimer
Catégorie parente: Histoire
Catégorie : Antiquité
S. f. pl. (Antiquité) hilaria, orum ; fête qui se célébrait à Rome tous les ans avec beaucoup de pompe et de réjouissance, le huitième jour avant les calendes d'Avril, c'est-à-dire le 25 Mars, en l'honneur de la mère des dieux.

Pendant la durée de la fête, qui était de plusieurs jours, il y avait treve de tout deuil et cérémonies funèbres. On promenait Cybele par toute la ville, et chacun faisait marcher devant elle en guise d'offrande, ce qu'il avait de plus précieux. On s'habillait comme l'on voulait, et l'on prenait les marques de telles dignités qu'on jugeait à propos.

C'était proprement la Terre qu'on célébrait dans cette fête, sous le nom de la mère des dieux ; on lui rendait tous ces honneurs, pour qu'elle reçut du soleil une chaleur modérée, et des rayons favorables à la naissance des fruits. On avait choisi le commencement du printemps pour cette fête, parce qu'alors les jours commencent à être plus longs que les nuits, et la nature est toute occupée de sa parure et de son renouvellement.

Les Romains empruntèrent cette fête des Grecs, qui la nommaient , renouvellement, par opposition à la veille, , pendant laquelle ils revêtaient les apparences de deuil. Les Romains les imitèrent encore en ce point, car ils passaient la veille de leurs hilaries en lamentations et autres marques de tristesse, d'où vient qu'ils nommaient ce jour là un jour de sang, dies sanguinis ; c'était l'inverse, si l'on peut parler ainsi, de notre mardi-gras, et l'image du mercredi des cendres. Quand les Grecs furent soumis à l'empire des Romains, ils abandonnèrent l'ancien nom de leur fête pour prendre celui d', comme il parait par Photius dans ses extraits de la vie du philosophe Isidore.

Les curieux peuvent consulter Rosinus, Antiquit. rom. lib. IV. c. VIIe Turnebe, Adversarior. lib. XXIV. Casaubon, not. sur Lampridius, Histoire Aug. script. p. 167. Saumaise sur Vopiscus et Tristan, tom. I. et tom. II. (D.J.)




Affichages : 1627