Imprimer
Catégorie parente: Logique
Catégorie : Rhétorique
S. f. (Rhétorique) figure de pensée où l'ordre naturel des choses est renversé, comme l'indique l'étymologie du mot ; les Grecs l'appellent autrement, , qui veut dire, mettre le dernier avant le premier. Quintilien ne nomme nullepart cette figure, et cependant il la condamne tacitement dans son XI. liv. chap. ij quand il dit : quaedam... turpiter convertuntur ut si peperisse narres, deinde, concepisse.... in quibus, si id quod posterius est dixeris, de priore tacère optimum est.

Cette figure que nous appelons renversement de pensée, est rare en prose, parce qu'on s'en aperçoit aisément en relisant ses productions à tête reposée. Mais elle est fréquente chez les Poètes, à qui la mesure des vers, la nécessité de la rime, le feu de l'enthousiasme, et peut-être encore la paresse, la peine du changement, la difficulté d'y remédier, font dire souvent une chose, avant celle qui la doit précéder ; la seconde avant la première, la plus faible avant la plus forte ; et ce défaut plus ou moins grand, est toujours condamnable. D'habiles critiques n'exceptent pas même de cette censure ces trois vers si connus et si goutés.

Mais au moindre revers funeste,

Le masque tombe, l'homme reste,

Et le heros s'évanouit.

Le pléonasme, ajoutent ces critiques, s'y joint à l'hysterologie, ou renversement de pensée. Quand on a dit qu'il ne reste plus que l'homme, il est inutile de dire que le héros s'évanouit, parce qu'il est de toute nécessité que le héros ait disparu, pour qu'on ne voie plus que l'homme ; de même qu'il faut avoir conçu pour enfanter. Mais si le poète avait pu dire, le masque tombe, le héros s'évanouit, et l'homme reste, il aurait peint la chose telle qu'elle est, et nous aurait offert une image exacte.

Quelque condamnables cependant que soient les renversements des pensées, on ne dira rien qui s'écarte de la doctrine de Longin, si l'on avance qu'ils pourraient être très bons dans la bouche d'un personnage troublé par le premier mouvement d'une passion impétueuse, parce qu'alors ils serviraient à peindre de mieux en mieux le caractère même de cette passion. Il est vrai que ce qu'on propose ici n'est pas d'une exécution facile, néanmoins un beau génie, qui connaitrait bien la nature, ne manquerait pas de succès, en cherchant à imiter son langage. Voyez HYPERBATE. (D.J.)



Affichages : 830