S. f. (Rhétorique) ethopaeia ou ethopia ; qu'on appelle aussi éthologie ; figure de Rhétorique. C'est une description, un portrait des mœurs, passions, génie, tempérament, etc. de quelque personne. Voyez HYPOTIPOSE.

Ce mot est formé du grec , mœurs, coutumes ; et de , facio, fingo, describo. Quintilien., liv. IX. ch. IIe appelle cette figure imitatio morum alienorum : nou, la nommons portrait ou caractère.

Tel est ce beau passage où Salluste fait le portrait de Catilina : fuit magna Ve et animi et corporis, sed ingenio malo, pravoque, et le reste qu'on peut voir dans cet historien. Nous en citerons ici deux autres également admirables. L'un est le portrait de Cromwel, tracé par M. Bossuet dans son oraison funèbre de la reine d'Angleterre. " Un homme, dit-il, s'est trouvé d'une profondeur d'esprit incroyable ; hipocrite raffiné autant qu'habile politique, capable de tout entreprendre et de tout cacher : également actif et infatigable dans la guerre et dans la paix, qui ne laissait rien à la fortune de ce qu'il pouvait lui ôter par conseil et par prévoyance ; mais au reste si vigilant et si prêt à tout, qu'il n'a jamais manqué les occasions qu'elle lui a présentées : enfin un de ces esprits remuans et audacieux, qui semblent être nés pour changer le monde ".

L'autre est la peinture que Sarrasin a faite de ce Walstein, si fameux dans le dernier siècle. " Albert Walstein, dit-il, eut l'esprit grand et hardi, mais inquiet et ennemi du repos ; le corps vigoureux et haut, le visage plus majestueux qu'agréable. Il fut naturellement fort sobre, ne dormant presque point, travaillant toujours ; surmontant les incommodités de la goutte et de l'âge par la tempérance et par l'exercice ; supportant aisément la faim, fuyant les délices, parlant peu et pensant beaucoup ; écrivant lui-même toutes les affaires ; vaillant et judicieux à la guerre, admirable à lever et à faire subsister les armées ; sévère à faire punir les soldats, prodigue à les récompenser, pourtant avec choix et dessein ; toujours ferme contre le malheur ; civil dans le besoin, ailleurs fier et orgueilleux ; ambitieux sans mesure ; envieux de la gloire d'autrui, jaloux de la sienne ; implacable dans la haine, cruel dans la vengeance ; prompt dans la colere ; ami de la magnificence, de l'ostentation et de la nouveauté ; extravagant en apparence, mais ne faisant rien sans dessein, et ne manquant jamais du prétexte du bien public, quoiqu'il rapportât tout à l'accroissement de sa fortune ; méprisant la religion, qu'il faisait servir à sa politique ; artificieux au possible, et principalement à paraitre désintéressé : au reste très-curieux et très-clairvoyant dans les desseins des autres ; très-avisé à conduire les siens, surtout adroit à les cacher ; et d'autant plus impénétrable, qu'il affectait en public la candeur et la sincérité, et blâmait en autrui la dissimulation, dont il se servait en toutes choses ".

On divise l'éthopée en prosographie, et éthopée proprement dite. La première est une description du corps, de la contenance, de la figure, de l'ajustement, etc. L'autre est le portrait de l'esprit et du cœur. Celui de Walstein, que nous venons de citer, réunit toutes ces parties. (G)