S. m. (Logique) faux jugement que l'âme porte de la nature des choses, après un exercice insuffisant des facultés intellectuelles ; ce fruit malheureux de l'ignorance prévient l'esprit, l'aveugle et le captive.

Les préjugés, dit Bacon, l'homme du monde qui a le plus médité sur ce sujet, sont autant de spectres et de phantomes qu'un mauvais génie envoya sur la terre pour tourmenter les hommes ; mais c'est une espèce de contagion, qui, comme toutes les maladies épidémiques, s'attache surtout aux peuples, aux femmes, aux enfants, aux vieillards, et qui ne cede qu'à la force de l'âge et de la raison.

Le préjugé n'est pas toujours une surprise du jugement, investi de ténébres, ou séduit par de fausses lueurs ; il nait aussi de cette malheureuse pente de l'âme vers l'égarement, qui la plonge dans l'erreur malgré sa résistance ; car l'esprit humain, loin de ressembler à ce crystal fidèle, dont la surface égale reçoit les rayons et les transmet sans altération, est bien plutôt une espèce de miroir magique, qui défigure les objets, et ne présente que des ombres ou des monstres.

Les préjugés, ces idoles de l'âme, viennent encore ou de la nature de l'entendement qui donne à tous une existence intellectuelle, ou de la préoccupation du jugement, qui tire son origine, tantôt de l'obscurité des idées, tantôt de la diversité des impressions, fondées sur la disposition des sens, et tantôt de l'influence des passions toujours mobiles et changeantes.

Il y a des préjugés universels, et pour-ainsi-dire héréditaires à l'humanité, telle est cette prévention pour les raisons affirmatives. Un homme voit un fait de la nature, il l'attribue à telle cause, parce qu'il aime mieux se tromper que douter ; l'expérience a beau démentir ses conjectures, la première opinion prévaut. C'est cette maladie de l'entendement qui favorise la superstition et mille erreurs populaires. Un passager échappe du naufrage après un vœu barbare, tous les autres ont péri dans la même tempête, malgré des promesses les plus légitimes ; n'importe, c'est un miracle, comme si la nature ne devait pas changer de cours pour conserver tant de victimes dignes de sa pitié, plutôt qu'en faveur d'une tête coupable. La Providence ne veillerait donc guère aux intérêts du genre humain !... Mais les noms de quelques heureux sont gravés dans les temples, disait Diagoras, et la mer tient dans ses abymes les prières perdues. Les tombeaux couvrent les fautes du médecin, tandis que les convalescens publient ses guérisons prétendues. C'est ainsi que l'énumération des faits qui décident pour l'affirmative, nous détermine à la conclusion, avant d'examiner les faits négatifs, qui détruisent ou diminuent la force des preuves positives. De-là les erreurs fondamentales qui ont corrompu la masse des sciences, et qui semblent avoir fermé pour jamais à l'esprit humain les voies de la vérité.

Autre faiblesse de l'entendement, sa précipitation vers les extrêmes. Tout est uniforme dans le cours de la nature ; voilà le principe : les astres roulent donc tous sur des cercles parfaits ; plus d'ovales, plus d'ellipses, conclud le préjugé. La nature agit toujours par les voies les plus simples ; c'est la maxime générale, le préjugé l'applique à tous les faits particuliers, et veut soumettre tous les phénomènes à cette loi. Les Chimistes sont tellement entêtés de leurs éléments, qu'ils ne voient par-tout que de l'eau et du feu ; semblables à ces fanatiques agités par les fureurs de Cybele, qui trouvaient à chaque pas des fleuves, des rochers, des forêts embrasées.

Il y a des préjugés particuliers, ou de tempérament, qui varient dans l'homme, selon le changement de la constitution des humeurs, la force de l'habitude, et les révolutions de l'âge. Si un homme renfermé, depuis sa naissance jusqu'à la maturité de l'âge, dans une caverne souterraine, passait tout-à-coup au grand jour, quelle foule d'impressions singulières exciterait en lui cette multitude d'objets qui viendraient assaillir toutes les avenues de son âme ! Cet emblème que Platon imagina cache une vérité bien remarquable. En effet, l'esprit de l'homme est comme emprisonné dans les sens, et tandis que les yeux se repaissent du spectacle de la nature, il se forme mille préjugés dans l'imagination qui brisent quelquefois leurs chaînes, et tiennent à leur tour la raison dans l'esclavage.

Il y a des préjugés publics ou de convention, qui sont comme l'apothéose de l'erreur ; tel est le préjugé des usages toujours anciens, de la mode toujours nouvelle, et du langage. Un esprit pénétrant ne peut développer ses idées faute d'expressions assez énergiques. Les définitions ne sont ni la véritable idée des choses, ni la véritable manière de les concevoir. Les objets existent d'une façon, nous les apercevons d'une autre, et nous ne les rendons ni tels qu'ils sont, ni tels que nous les voyons. Nos idées sont de fausses images, et nos expressions des signes équivoques. Il y a des mots dont l'application est si arbitraire, qu'ils deviennent inintelligibles. A-t-on une idée précise de la fortune, de la vertu, de la vérité ? Quand est-ce qu'on fera un traité de convention sur la signification idéale des termes ? Mais en quelle langue serait-il écrit pour être entendu de tous les hommes dans le même sens ? Il faut attendre que la nature ait fabriqué tous les esprits à la même trempe.

Enfin il y a des préjugés d'école ou de parti, fondés sur de mauvaises notions, ou sur de faux principes de raisonnement. On peut mettre dans ce rang certaines impossibilités que le temps semble avoir prescrit ; la quadrature du cercle et le mouvement perpétuel, chimères à trouver. L'art peut faire des mixtions, mais non pas des générations ; ces arrangements imperturbables de la nature déconcertent les projets et les tentatives des hommes.

Les axiomes classiques déroutent les esprits : la plupart des hommes ne savent pas voir autrement que les autres, et s'ils l'osaient, que d'obstacles à vaincre pour abréger les moyens d'instruire ? Ne fut-ce que la jalousie despotique d'un corps qui traitera comme un factieux et un ennemi, celui qui ne combattrait pas pour les intérêts de sa doctrine, sous ses enseignes et avec ses armes ! C'est cet esprit de zélotypie qui arrêta longtemps, et qui arrête toujours le progrès des connaissances humaines. Les Théologiens donnant à Aristote une espèce de suprématie dans l'école, s'arrogèrent le droit exclusif de l'entendre et de l'interpreter, et firent un assortiment profane des vérités révélées avec les vérités naturelles, en les assujettissant à la même méthode. L'appui faible et ruineux que se prêtèrent alors la raison et la foi, en s'expliquant l'une par l'autre, fit confondre les limites de chaque genre de notions : de-là naquit cette guerre intestine, entre les Philosophes et les Théologiens, qui durera peut-être jusqu'à-ce que l'ignorance et la barbarie viennent une seconde fois des antres du Nord, pour ensevelir toutes les querelles des savants dans la ruine des empires.

Les sources des préjugés sont encore dans les passions ; l'entendement ne voit rien d'un oeil sec et indifférent, tant l'intérêt lui en impose. Ce qui nous plait est toujours vrai, juste, utile, solide et raisonnable. Ce qui est difficile est regardé comme inutile pour ménager la vanité, ou comme impossible pour flatter la paresse. L'impatience craint les lenteurs de l'examen ; l'ambition ne peut se contenter d'une expérience modérée, ni d'un succès médiocre ; l'orgueil dédaigne les détails de l'expérience, et veut franchir d'un saut l'intervalle qui sépare les vérités moyennes des vérités sommaires ; le respect humain fait éviter la discussion de certaines questions problématiques ; enfin l'entendement est sans cesse arrêté dans sa marche, ou troublé dans ses jugements.

Les sens nous en imposent, si nous ne jugeons que d'après l'impression des objets, qui varie avec les dispositions de nos organes. Les objets plus importants ne font souvent que de légères impressions, et pour notre malheur, le mécanisme de tout le mouvement dépend de ces ressorts délicats qui nous échappent.

Chacun bâtit dans son cerveau un petit univers dont il est le centre, autour duquel roulent toutes les opinions qui se croisent, s'éclipsent, s'éloignent, et se rapprochent au gré du grand mobile, qui est l'amour-propre. La vérité brille quelquefois parmi ces notions confuses qui s'entre-choquent ; mais elle ne fait que passer un instant, comme le soleil au point du midi, de sorte qu'on la voit sans pouvoir la saisir ni suivre son cours.

Un des préjugés de l'amour-propre, c'est de croire que l'homme est le fils uniquement chéri de la nature, comme le modèle de ses opérations. On suppose qu'elle ne pouvait faire un plus bel animal, ni rien de plus merveilleux que les productions de l'art, de-là cette plaisante hérésie des antropomorphites, ces pieux solitaires, qui sans-doute exterminaient leur face, ne croyant pas assez honorer Dieu s'ils ne lui prêtaient une figure humaine.

Que l'homme donc dépose ses préjugés, et qu'il approche de la nature avec des yeux et des sentiments purs, tels qu'une vierge modeste a le don d'en inspirer, il la contemplera dans toute sa beauté, et il méritera de jouir du détail de ses charmes. (D.J.)

PREJUGE, (Jurisprudence) signifie ce qui est jugé d'avance, ainsi quand on admet les parties à la preuve d'un fait, on regarde la question comme préjugée, parce que le fait étant prouvé, il n'y a ordinairement plus qu'à prononcer sur le fond.

On appelle aussi préjugés les jugements qui sont rendus dans des espèces semblables à celles qui se présentent ; les arrêts rendus en forme de réglement servent de règle pour les jugements, les autres ne sont que de simples préjugés auxquels la loi veut que l'on s'arrête peu, parce qu'il est rare qu'il se trouve deux espèces parfaitement semblables, non exemplis sed legibus judicandum, dit la loi 13. au code de sententiis et interlocut. cependant une suite de jugements uniformes, rendus sur une même question, forment une jurisprudence qui acquiert force de loi. (A)