S. m. (Logique) argument des Sceptiques ou Pyrrhoniens, et le plus formidable de tous ceux qu'ils emploient contre les Dogmatiques : c'est ainsi qu'en a jugé M. Bayle, si versé lui-même dans toutes les ruses du scepticisme. Il consistait à faire voir que la plupart des raisonnements reçus dans les Sciences, sont des cercles vicieux qui prouvent une chose obscure et incertaine, par une autre également obscure et incertaine, et ensuite cette seconde par la première.

Pour concevoir ce que c'est que le dialéle, imaginons-nous que deux personnes inconnues nous viennent trouver. Titius que nous ne connaissons pas, nous assure que Mévius, que nous connaissons aussi peu, est un fort honnête homme ; et pour preuve qu'il dit vrai, il nous renvoye à Mévius, qui nous assure que Titius n'est pas un menteur. Pouvons-nous avoir la certitude que Mévius est un honnête homme, et que Titius qui le dit n'est pas menteur ? Pas plus que si ni Titius ni Mévius ne nous rendaient aucun témoignage l'un en faveur de l'autre. Voilà l'image d'un dialéle. Si deux hommes sont tels que je ne puisse connaitre le premier que par le second, ni le second que par le premier, il est impossible que je connaisse certainement ni le premier ni le second. De même, si deux choses sont telles que je ne puisse connaitre la première que par la seconde, ni la seconde que par la première, il est impossible que je connaisse avec aucune certitude ni la première ni la seconde. Voilà le principe sur lequel un pyrrhonien se fonde, pour faire voir que nous n'avons presqu'aucune idée de quoi que ce sait, et que presque tous nos raisonnements ne sont que des cercles vicieux. Le principe est incontestable. Le pyrrhonien raisonne ainsi, en suivant son principe.

Il faudrait, selon lui, trouver le secret de restraindre ce principe dans de certaines bornes, au-delà desquelles il ne fût plus recevable ; mais qui les posera ces bornes ? Vous croyez avoir l'idée d'un arbre, par exemple ; point du tout, un pyrrhonien vous prouvera que vous n'en avez aucune. Ou votre idée, vous dira-t-il, est conforme à l'objet, ou elle n'y est pas conforme : si elle n'y est pas conforme, vous n'en avez pas l'idée ? Si vous dites qu'elle y est conforme, comment prouverez-vous cela ? Il faudra que vous connaissiez cet objet avant que d'en avoir l'idée, afin que vous puissiez dire et être assuré que votre idée y est conforme. Mais bien loin de cela, vous ne sauriez pas même si cet objet existe, si vous n'en aviez l'idée, et vous ne le connaissez que par l'idée que vous en avez ; au lieu qu'il faudrait que vous connussiez cet objet avant toutes choses, pour pouvoir dire que l'idée que vous en avez est l'idée de cet objet. Je ne puis connaitre la vérité de mon idée, que par la connaissance de l'objet dont elle est l'idée ; mais je ne puis connaitre cet objet que par l'assurance que j'aurai de la vérité de mon idée. Si vous répondez que vous connaissez la vérité de votre idée par votre idée elle-même, ou par l'évidence, vous vous exposerez à des objections très-embarrassantes que l'on vous fera sur les idées fausses et vraies, sur l'évidence, et enfin sur ce qu'une opinion contestée et non prouvée, ne peut pas se servir de preuve à elle-même. Pourquoi, vous dira-t-on, voulez-vous que l'idée que vous avez d'un arbre soit plus conforme à ce qui est au-dehors de vous, que l'idée que vous avez de la douceur ou de l'amertume, de la chaleur ou du froid, des sons et des couleurs ? Or on convient qu'il n'y a rien hors de nous et dans les objets, qui soit semblable aux idées que leur présence nous donne : donc vous n'avez aucune preuve démonstrative qu'il y ait au-dehors de vous quelque chose qui soit conforme à l'idée que vous avez d'un arbre. Voilà ce qui fait dire aux Pyrrhoniens que nous pouvons bien dire que nous croyons apercevoir tels et tels objets, telles et telles qualités ; mais que nous n'en pouvons rien conclure pour l'existence réelle de ces objets et de ces qualités. Au fond on pourrait leur répondre par un concedo totum. Mon existence est certaine : il est certain que je sens ce que je sens, et que j'ai telles idées présentes à l'esprit. Il n'est pas également certain si les objets extérieurs répondent à ces idées ; mais qu'importe, c'est sur mes idées que je raisonne, ce sont elles que j'examine, que je compare, et dont je tire des conclusions qui sont incontestables, quand même il n'existerait rien hors de moi. Lisez la préface que M. Huart a mise à la tête de sa traduction des hypothèses pyrrhoniennes, imprimée en 1728. Voyez CORPS. Cet article est de M. FORMEY.