S. m. (Langue française) celui qui sonne les cloches pour avertir le peuple de ce qui se doit faire ou de ce qui se passe ; on a appelé autrefois sonneurs, ceux qui servaient la messe. Le seizième canon du concile de Cologne tenu en 1310, ordonne que les sonneurs seront lettrés, pour pouvoir répondre au prêtre, et qu'ils serviront en surplis ; mais il n'y avait pas besoin d'être lettré pour pouvoir répondre au prêtre, et moins encore pour servir en surplis. Ainsi je crois que par être lettré dans ce temps-là, on entendait savoir lire. (D.J.)

SONNEUR, (Architecture) ouvrier qui tire les cordages des sonnettes ; il y en a ordinairement seize pour chaque sonnette, dont on se sert pour enfoncer des pieux dans la terre. (D.J.)