S. f. (Grammaire) don accordé en récompense surérogatoire de quelque service rendu. Il semble donc que la gratification suppose trois choses, un consentement particulier de celui qui gratifie, une action utile de la part de celui qui est gratifié, et un avantage pour celui-ci antérieur à la gratification : sans cet avantage, la gratification ne serait qu'une récompense ordinaire.

GRATIFICATION, (Histoire du gouvern. d'Anglet.) la gratification est une récompense que le parlement accorde sur l'exportation de quelques articles de Commerce, pour mettre les négociants en état de soutenir la concurrence avec les autres nations dans les marchés étrangers. Le remède est très-sage, et ne saurait s'étendre à trop de branches de négoce, à mesure que l'industrie des autres peuples et le succès de leurs manufactures y peuvent donner lieu.

La gratification instituée en particulier en 1689, pour l'exportation des grains sur les vaisseaux anglais, afin d'encourager la culture des terres, a presque changé la face de la Grande-Bretagne ; les communes ou incultes ou mal cultivées, des pâturages arides ou déserts, sont devenus, au moyen des haies dont on les a fermés et séparés, des champs fertiles, ou des prairies très riches.

Les cinq schellings de gratification par quartier de grain, c'est-à-dire environ vingt-quatre boisseaux de Paris, s'emploient par le laboureur au défrichement et à l'amélioration de ses champs, qui étant ainsi portés en valeur, ont doublé de revenu. L'effet de cette gratification est de mettre le royaume en état de vendre son blé dans les marchés étrangers, au même prix que la Pologne, le Danemarck, Hambourg, l'Afrique, la Sicile, etc. c'est en d'autres termes, donner au laboureur une gratification de 200 mille liv. sterling par an, pour que l'Angleterre gagne 1500 mille liv. sterling, qu'elle n'aurait pas sans ce secours. Généralement parlant, la voie de la gratification est la seule qui puisse être employée en Angleterre, pour lui conserver la concurrence de tous les commerces avec l'étranger. C'est une belle chose dans un état, que de l'enrichir en faisant prospérer les mains qui y travaillent davantage. (D.J.)