Imprimer
Catégorie parente: Logique
Catégorie : Grammaire
S. m. (Grammaire) c'est une espèce d'ellipse, par laquelle un mot déjà exprimé dans une proposition, est sousentendu dans une autre qui lui est analogue et même attachée. De-là vient le nom de zeugme, du grec , connexion, lien, assemblage : et le zeugme diffère de l'ellipse proprement dite, en ce que dans celle-ci le mot sousentendu ne se trouve nulle autre part.

L'auteur du manuel des Grammairiens distingue trois espèces de zeugme : 1°. le protozeugme, quand les mots sousentendus dans la suite du discours se retrouvent au commencement, comme vicit pudorem libido, timorem audacia, rationem amentia : 2°. le mésozeugme, quand les mots sousentendus aux extrémités du discours se trouvent dans quelque phrase du milieu, comme pudorem libido, timorem vicit audacia, rationem amentia, ce qui est l'espèce la plus rare ; 3°. l'hypozeugme, quand on trouve à la fin du discours les mots sousentendus au commencement, comme pudorem libido, timorem audacia, rationem amentia vicit.

La méthode latine de P. R. observe que dans chacune de ces trois espèces de zeugme, le mot sousentendu peut l'être sous la même forme, ou sous une autre forme que celle sous laquelle il est exprimé ; ce qui pourrait faire nommer le zeugme ou simple ou composé.

Les trois exemples déjà cités appartiennent au zeugme simple : en voici pour le zeugme composé.

Changement dans le genre : utinam aut hic surdus, aut haec muta facta sit, (Ter.) c'est un hypozeugme où il y a de sousentendu factus sit.

Changement dans le cas : quid ille fecerit, quem neque pudet quicquam, nec metuit quemquam, nec legem se putat tenere ullam ? (id.) c'est un protozeugme où il faut sousentendre qui avant nec metuit et avant nec legem.

Changement dans le nombre : sociis et rege recepto (Virg.) suppl. receptis avec sociis.

Changement dans les personnes : ille timore, ego risu corrui (Cic.) c'est-à-dire ille timore corruit.

Ces différents aspects du zeugme peuvent aider peut-être les commençans à trouver les suppléments nécessaires à la plénitude de la construction ; mais il faut prendre garde aussi que la multiplicité des dénominations ne grossisse à leurs yeux les difficultés, qui n'ont quelquefois de réalité que dans les préjugés.

L'erreur pareillement n'a point d'autre fondement ; et je croirais volontiers que c'est sans examen que D. Lancelot avance qu'il est quelquefois très-élégant de sousentendre le même mot dans un sens et une signification différente, comme tu colis barbam, ille patrem : cela est trop contraire aux vues de l'élocution pour y être une élégance ; et quelle que soit l'autorité des auteurs qui me présenteront de pareils exemples, je ne les regarderai jamais que comme des locutions vicieuses. (E. R. M. B.)




Affichages : 1156