S. m. (Grammaire) terme relatif qui marque la position d'une chose comparée à une autre position de la même chose ; si travers s'oppose à droit, droit signifie vertical, et travers signifie horizontal ; si travers s'oppose à long, il marque le large.

TRAVERS, ou TRAVERSE, s. m. (Architecture) voyez ce mot. C'est une pièce de bois ou de fer, qu'on met au milieu d'un assemblage de pièces de menuiserie, de charpenterie, et de serrurerie. (D.J.)

TRAVERS, s. m. terme d'Artillerie, cordage qui sert à lier des canons et autres pièces d'artillerie, sur leurs chariots.

TRAVERS, s. m. terme de Cordeur de bois, ce mot se dit d'une buche qu'on jette sur la voie de bois, lorsqu'elle est cordée.

TRAVERS, s. m. terme de Doreur sur cuir, ce mot, parmi les doreurs sur cuir, et les relieurs, se dit d'un filet d'or qui va le long du côté du dos d'un livre relié en maroquin, en veau, en basanne, ou autrement.

TRAVERS, (Jurisprudence) est un droit de péage qui est du à certains seigneurs, pour le passage des marchandises qui traversent leur seigneurie ; ces droits ont été établis pour l'entretien des chemins, ponts, et chaussées nécessaires pour le chemin de traverse ; il en est parlé dans plusieurs coutumes, comme Amiens, Péronne, Saint-Paul, Senlis, Valais, Clermont, grand Perche. Voyez SERGENS TRAVERSIERS, et le gloss. de M. de Laurière, au mot TRAVERS, et les mots PASSAGE, PEAGE, PONTONAGE. (A)