Grammaire

S. f. (Grammaire) se prend pour un assemblage de planches destiné à fermer un passage à l'entrée d'une ville ou ailleurs ; c'est en ce sens qu'on dit, la barrière de Vaugirard, la barrière de Séve : ou pour les limites d'un état ; on dit les Alpes servent de barrière à l'Italie : ou en différents autres sens, qu'on peut voir ci-dessous.

BARRIERE VIRGINALE, virginale claustrum, en Anatomie ; c'est la même chose que l'hymen. Voyez HYMEN. (L)

abjection, (Grammaire) termes synonymes, en ce qu'ils marquent l'un et l'autre l'état où l'on est : mais si on les construit ensemble, dit M. l'abbé Girard, abjection doit précéder bassesse, et la délicatesse de notre langue veut que l'on dise, état d'abjection, bassesse d'état.

L'abjection se trouve dans l'obscurité où nous nous enveloppons de notre propre mouvement, dans le peu d'estime qu'on a pour nous, dans le rebut qu'on en fait, et dans les situations humiliantes où l'on nous réduit. La bassesse, continue le même auteur, se trouve dans le peu de naissance, de mérite, de fortune, et de dignité.

BASSIN (Grammaire) ; bassin a deux acceptions différentes, comme on peut voir par l'article précédent : bassine n'en a qu'une. La bassine est toujours un vaisseau de cuivre d'une profondeur peu considérable, relativement à son diamètre ; ce en quoi elle diffère du bassin, où le diamètre et la hauteur sont plus proportionnés.

BASSINE, en terme de Cirier ; c'est un instrument de cuivre de forme presque ovale, dont les deux extrémités sont aplaties de manière que la meche en passant au-dessus, ne s'éloigne pas trop du fond de la bassine. Cet ustensile ne sert proprement qu'à faire fondre la matière propre aux petites bougies. Voyez la fig. 3. Pl. du Cirier, et la fig. 1. de la même Planche, qui fait voir l'usage de cette machine.

BATTOLOGIE, BUTUBATA, (Grammaire) En expliquant ce que c'est que battologie, nous ferons entendre les deux autres mots.

BATTOLOGIE, s. f. c'est un des vices de l'élocution ; c'est une multiplicité de paroles qui ne disent rien ; c'est une abondance stérile de mots vides de sens, inane multiloquium. Ce mot est grec, inanis eorundem repetitio, et , verbosus sum. Au ch. VIe de S. Matthieu, Ve 7. Jesus-Christ nous défend d'imiter les payens dans nos prières et de nous étendre en longs discours et en vaines répétitions des même paroles. Le grec porte, , c'est-à-dire, ne tombez pas dans la battologie ; ce que la vulgate traduit par nolite multum loqui.