Imprimer
Catégorie parente: Commerce
Catégorie : Commerce & Grammaire
S. m. (Grammaire et Commerce) enfant mâle à qui cette dénomination demeure tant qu'il reste dans le célibat ; ainsi il y a des garçons de tout âge.

On appelle chez les Marchands garçons de boutique, ou garçons de magasin, ou simplement garçons, des apprentis qui, ayant fait le temps de leur apprentissage, servent encore chez les Marchands le temps marqué par les statuts de chaque corps, avant que de pouvoir être reçus à la maitrise et de faire le commerce pour eux-mêmes. Il y a des apprentis qui, quoique reçus maîtres, se fixent à la qualité de garçons, et qui par leur intelligence sont très-utiles aux maîtres qui les emploient et qui les gagent, au lieu que les apprentis paient à leurs maîtres.

Ces garçons aident à ranger, à plier, à remuer et à vendre les marchandises dans la boutique ou dans le magasin ; ils les portent même en ville lorsqu'il en est besoin. Ce sont eux qui vont recevoir et faire accepter les lettres et billets de change, qui tiennent les livres, en tirent des extraits pour dresser les mémoires et parties des débiteurs, etc.

Les Banquiers donnent toujours à ceux qui les aident dans leur commerce le nom de commis, et jamais celui de garçons. Les Marchands donnent quelquefois à leurs garçons le nom de facteurs et commis, mais improprement.

Garçons, se dit aussi des compagnons ou apprentis qui travaillent chez les artisans ; un garçon menuisier, un garçon perruquier, etc. Dict. de Comm.

Garçons de bord, (Marine) ce sont de jeunes garçons au-dessous de dix-huit ans, mais plus grands et plus âgés que les mousses, qui servent sur les vaisseaux et commencent de travailler à la manœuvre ; les garçons de bord qui ont servi sur les marchands ou les pêcheurs, sont réputés matelots à l'âge de dix-huit ans, et les maîtres ne peuvent plus les retenir comme garçons de bord : les garçons de bord ne gagnent que peu au-dessus des mousses. (Z)

Garçons de pelle, sont des manouvriers ou gagne-deniers qui se tiennent sur le port de la Greve ou autres ports de Paris où arrivent les bateaux de charbon. Ce sont eux qui avec de grandes pelles de bois ferrées remplissent les mines et minots dans lesquels on mesure et distribue cette marchandise. Voyez GAGNE-DENIER. Dictionn. de Commerce.



Affichages : 1009