Imprimer
Catégorie parente: Morale
Catégorie : Office
(RIT ou OFFICE) Théolog. manière particulière de faire l'office divin dans l'église de Milan, qu'on appelle aussi quelquefois l'église Ambrosienne. Voyez RIT, OFFICE, LITURGIE. Ce nom vient de S. Ambraise, docteur de l'Eglise et évêque de Milan dans le IVe siècle. Walafrid Strabon a prétendu que S. Ambraise était véritablement l'auteur de l'office qu'on nomme encore aujourd'hui Ambrosien, et qu'il le disposa d'une manière particulière, tant pour son église cathédrale que pour toutes les autres de son diocèse. Cependant quelques-uns pensent que l'église de Milan avait un office différent de celle de Rome, quelque temps avant ce saint prélat. En effet jusqu'au temps de Charlemagne, les églises avaient chacune leur office propre ; dans Rome même il y a eu une grande diversité d'offices ; et si l'on en croit Abailard, la seule église de Latran conservait en son entier l'ancien office Romain ; et lorsque dans la suite les papes voulurent faire adopter celui-ci à toutes les églises d'Occident, afin d'y établir une uniformité de rit, l'église de Milan se servit du nom du grand Ambraise, et de l'opinion où l'on était qu'il avait eu composé ou travaillé cet office pour être dispensé de l'abandonner ; ce qui l'a fait nommer rit Ambrosien, par opposition au rit Romain.

AMBROSIEN, (Chant.) Il est parlé dans les Rubriquaires du chant Ambrosien aussi usité dans l'église de Milan et dans quelques autres, et qu'on distinguait du chant Romain en ce qu'il était plus fort et plus élevé ; au lieu que le Romain était plus doux et plus harmonieux. Voyez CHANT et GREGORIEN. S. Augustin attribue à S. Ambraise d'avoir introduit en Occident le chant des pseaumes, à l'imitation des églises Orientales ; et il est très-probable qu'il en composa ou revit la psalmodie. August. Confess. IX. c. VIIe

AMBROSIENNE, (BIBLIOTHEQUE) nom qu'on donne à la bibliothèque publique de Milan. Voyez l'article BIBLIOTHEQUE.



Affichages : 1059