Monnaie

Numismatique ou monétaire, sur le revers des anciennes médailles Grecques, signifie qu'elles furent frappées dans la ville d'Argos, et quelquefois dans celle d'Athenes. Dans les médailles consulaires cette lettre désigne pareillement le lieu de la fabrique ; dans celles des Empereurs, il signifie communément Augustus. Dans le revers des médailles du bas Empire, qui étaient véritablement des espèces de monnaies ayant cours, et dont le peuple se servait, A est la marque ou de la Ville, comme Antioche, Arles, Aquilée, où il y avait des Hôtels des Monnaies, ou signifie le nom du monétaire. Dans nos espèces d'or et d'argent cette lettre est la marque de la monnaie de Paris ; et le double AA celle de Metz. (G)
terme de Monnaie, est l'opération de blanchir les flancs, en sorte que le métal en soit mat et non poli : en cet état on marque le flanc au balancier, d'où il sort ayant les fonds polis et les reliefs mats. La cause de ces deux effets est que la gravure des carrés est seulement adoucie, au lieu que les faces sont parfaitement polies. La grande pression que le flanc souffre entre les carrés fait qu'il en prend jusqu'aux moindres traits. Les parties polies des carrés, doivent rendre polies celles du flanc qui leur correspondent ; au lieu que celles qui sont gravées et seulement adoucies, par conséquent encore remplies de pores qui sont imperceptibles chacun en particulier, mais dont le grand nombre fait que ces parties poreuses ne sont point luisantes, laissent sur le flanc autant de petits points en relief qu'elles ont de pores. C'est ce qu'on appelle le mat. Le blanchiment pour l'argent et la couleur pour l'or qui rendent les flancs mats dans toute leur étendue, sont des préparations indispensables pour avoir de belle monnaie, et que l'avidité des entrepreneurs leur fait négliger, quoiqu'ils soient payés pour les faire.

S. m. (Monnaie) est l'étalon primitif et général, sur lequel on étalonne les étalons particuliers. Voyez ÉTALON.
S. f. (Monnaie) ce sont des espèces de petits filaments ou pointes qui sont aux flancs, et que l'on emporte en les agitant les uns contre les autres dans un crible de fer.
S. m. ancien terme de Monnaie, était la feuille du compte où l'on marquait l'évaluation des droits de seigneuriage, foiblage, brassage, etc. selon le prix courant que le prince par ses ordonnances, avoir prescrit pour l'or, pour l'argent, et pour le billon en œuvre ou hors d'œuvre.