Imprimer
Catégorie parente: Morale
Catégorie : Commerce
S. m. (Commerce) officier commis pour visiter les aunes des marchands. Voyez AUNAGE.

Il y a de pareils officiers à Londres, dont l'office est d'auner eux-mêmes les étoffes dans les manufactures, pour justifier si elles ont la longueur et la largeur qu'elles doivent avoir suivant les Ordonnances.

Il y a à Paris une communauté de cinquante jurés auneurs, visiteurs de toiles, créés en titre d'offices héréditaires : ils ont deux bureaux établis où ils font leurs fonctions et la perception de leurs droits, qui sont douze deniers pour aune sur toutes les toiles, canevas, coutils, etc. qu'ils mesurent : ces bureaux sont, l'un à l'hôtel des fermes, et l'autre à la halle aux toiles. Ces offices ayant été supprimés par édit du mois de Septembre 1719, ont été rétablis par un édit de Juin 1730.

Il y a aussi à Paris douze auneurs de drap et autres étoffes de laine, qui sont commis par les maîtres et gardes Drapiers et Merciers. Ils n'ont aucune visite sur les marchandises : mais leur fonction est de les auner sous la halle, ou dans les magasins et boutiques des marchands, lorsqu'ils en sont requis par eux ou par les forains, ou par leurs commissionnaires.

Dans les lieux des fabriques du royaume, il y a aussi des auneurs établis pour auner les étoffes et les toiles.

On peut voir, dans le Dictionnaire de Commerce de Savary, ce qui concerne les jurés auneurs de Paris, leurs fonctions et leurs droits sur les différentes étoffes de fabrique du royaume, qui entrent dans cette ville. (G)




Affichages : 1176