(Commerce) vaisseau oblong de forme sphérique, ou plutôt cylindrique, servant à contenir diverses espèces de marchandises, tant seches que liquides : il est plus petit que le tonneau. Voyez MESURE.

Le barril anglais, mesure de vin, contient le huitième d'un tonneau, le quart d'une pipe, la moitié d'un muid ; ce qui fait trente-une mesures et demie de celles que l'on nomme en Angleterre gallons, et qui contiennent quatre pintes de Paris. Le barril contient trente-six gallons de bière, et trente-deux d'aile. Voyez PIPE, TONNEAU, etc.

Le barril de bière, de vinaigre, ou d'autre liqueur dont on veut faire du vinaigre, doit contenir trente-quatre de ces mesures, suivant l'étalon de la quarte d'aile, réglé par l'ordonnance de Guillaume III. ch. xxj. dixième et onzième année de son règne.

Le barril de Florence est une mesure de liqueurs qui contient vingt bouteilles, ou le tiers d'une étoile, ou staïo. Savary l'appelle star.

Barril est encore en usage pour signifier une certaine quantité de marchandises, un certain poids qui change suivant la diversité des denrées.

Le barril de harengs doit contenir trente-deux gallons ; mesure de vin, c'est-à-dire soixante-quatre pots de Paris, ce qui fait environ vingt-huit gallons, suivant l'ancienne règle, et cela Ve pour l'ordinaire au nombre de mille harengs laités.

Le barril de saumon doit contenir quarante-deux gallons, ou quatre-vingt-quatre pots de Paris. Et le barril d'anguilles autant.

Le barril de savon doit contenir deux cent cinquante-six livres.

Nous nous servons également en France du mot de barril pour une certaine quantité de marchandises. On dit un barril d'esturgeon, de thon, d'anchois ; un barril ou caque de poudre pour les vaisseaux, est ordinairement de cent livres : on dit encore un barril de chair salée, un barril d'huile d'olive, un barril de câpres, d'olives, de vinaigre, de verjus, de moutarde, pour dire un barril plein de l'une de ces choses. (G)

BARRIL, (Marine) Barril de galere, c'est un barril qu'un homme peut porter plein d'eau, et dont il se sert pour en remplir les barriques, que l'on ne peut transporter ou à la fontaine ou à la rivière, où l'on Ve faire l'eau.

Barril de quart ; c'est le barril de galere qu'on donne plein d'eau le soir à ceux qui doivent faire le quart de la nuit.

Barril où l'on met les viandes.

Barril de poudre ; c'est sur mer, comme on l'a déjà dit, cent livres de poudre mises dans un barril.

Barrils à bourse, c'est un barril couvert de cuir, où le canonnier met de la poudre fine : on l'appelle ainsi à cause qu'il se ferme comme une bourse. (Z)

BARRILS FOUDROYANS et FLAMBOYANS, sont, dans l'Artillerie, des barrils remplis d'artifice qu'on fait rouler sur l'ennemi lorsqu'il veut franchir les breches et monter à l'assaut. (Q)

BARRIL DE TROMPES, terme d'Artificier, c'est un assemblage de plusieurs artifices appelés trompes, enfermés dans un barril ou fourreau de toile goudronnée, pour les faire partir de dessus l'eau, où on le fait enfoncer jusqu'au collet par le moyen d'un contre-poids.

BARRIL A SCIER, (Tonnelier) c'est un instrument sur lequel les Tonneliers posent les douves qu'ils veulent rogner avec la scie. Il consiste en deux moitiés de barril ajustées l'une au-dessus de l'autre par trois douves communes ; chacune de ces moitiés a deux fonds, de sorte que cet instrument peut servir à trois usages. 1°. Il leur sert d'escabeau pour scier les douves qu'ils posent dessus, en appuyant encore un genou sur la douve pour l'assujettir. 2°. Il peut leur servir de siège pour s'asseoir dans leurs boutiques ; et en troisième lieu, il peut encore leur servir comme d'un réservoir pour y serrer ce qu'ils veulent, au moyen d'un trou pratiqué au fond supérieur de chaque barril. Cet instrument a deux pieds ou environ de hauteur en tout. L'espace qui est entre chaque barril est vide, pour donner plus de legereté à la machine totale qui est ronde, et d'environ un pied de diamètre. Voyez Pl. II. du Tonnelier, fig. 2.