ACHETER des marchandises (Commerce) ou en faire l’achat, c’est les acquérir pour un prix dont on convient, moyennant quoi on s’en rend le propriétaire : il y a différentes manières d’acheter.

Acheter en gros, c'est enlever une grande quantité de la même marchandise ou denrée, et quelquefois tout ce qu'il y en a à vendre. Voyez ENLEVER et MONOPOLE. Par opposition, acheter en détail, c'est enlever une portion modique de marchandise.

Acheter comptant, c'est payer sur le champ, en monnaie réelle, les marchandises qu'on vient d'acheter.

Acheter au comptant ou pour comptant, c'est une manière de parler des négociants, qui semble signifier qu'on devrait payer comptant ; cependant elle peut avoir une autre signification, d'autant que quand on achète de cette façon, on a quelquefois jusqu'à trois mois de terme pour payer.

Acheter à crédit ou à terme, c'est acheter à condition de payer dans un certain temps dont on convient.

Acheter partie comptant, et partie à temps ou à crédit, c'est payer une partie sur le champ, et prendre du temps pour l'autre.

Acheter à crédit pour un temps, à charge d'escompte ou de discompte, ou à tant pour cent par mois pour le promt payement, c'est une convention par laquelle le vendeur s'oblige de faire une diminution ou rabais sur le payement des marchandises qu'il a vendues, supposé que l'acheteur veuille les lui payer avant le temps, et cela à proportion de ce qu'il en restera à expirer, à compter du jour du payement.

Acheter à profit, c'est acheter suivant le livre journal d'achat du vendeur, à tant pour cent de bénéfice.

Acheter pour payer d'une foire à l'autre, ou pour payer de foire en foire, c'est proprement acheter à crédit pour un temps.

Acheter pour son compte, c'est acheter pour soi-même ; et par opposition, acheter par commission, c'est acheter pour le compte d'autrui, moyennant un droit que l'on appelle de commission.

Acheter partie comptant, partie en lettres de change, et partie à terme ou à crédit, c'est payer en argent comptant une partie, une autre en lettres de change, et s'obliger de payer l'autre partie dans un certain temps dont on convient.

Acheter partie comptant, partie en promesses, et partie en troc, c'est payer une partie en monnaie réelle et sur le champ, une autre en promesses ou billets payables dans des temps, et donner pour l'autre des marchandises dont on convient de prix ; ce qui s'appelle marchandise de troc.

La manière la plus avantageuse d'acheter, est celle qui se fait à crédit pour un temps, à charge d'escompte ou de discompte. Voyez ESCOMPTE et DISCOMPTE. (G)