Imprimer
Catégorie parente: Morale
Catégorie : Politique
S. f. (Politique) avis de quelque événement vrai ou faux. C'est une vieille ruse politique qui trouve toujours des dupes, que de débiter et de répandre en temps de guerre de fausses nouvelles en faveur de son pays. Stratoclès ayant appris que les Athéniens avaient perdu une bataille navale, se hâta de prévenir les porteurs d'une si triste nouvelle, se couronna de fleurs, et publia de tous côtés dans Athènes, que l'on venait de remporter une victoire signalée. Le peuple crédule courut en foule au temple, s'empressa de témoigner sa reconnaissance aux dieux par des sacrifices ; et le magistrat trompé par la voix publique, distribua des viandes à chaque tribu : mais au bout de deux jours le retour du débris de l'armée dissipa la joie, et la changea en fureur contre Stratoclès. On le cita, il comparut avec assurance, et de sang froid il répondit. Pourquoi vous plaindre de moi ? me ferez-vous un crime, de ce qu'en dépit de la fortune, j'ai su deux jours entiers vous donner les plaisirs de la victoire, et par mon artifice dérober tout ce temps à votre douleur ?

Une autre ruse moins noble, c'est d'inspirer toute la haine possible contre les puissances avec lesquelles on est en guerre : je n'en citerai qu'un exemple, et je ne toucherai point de trop près aux vivants. A la nouvelle de la bataille de la Boine qui se donna en 1689, le bruit de la mort du prince d'Orange s'étant répandu dans Paris, on se jeta dans tous les excès d'une joie effrénée ; on illumina, on tira le canon, on brula dans plusieurs quartiers des figures d'osier qui représentaient le prince d'Orange. Ces réjouissances indécentes, fruit de la haine qu'on avait inspiré depuis longtemps au peuple François contre le roi Guillaume, faisaient l'éloge de ce prince, et la honte de ceux qui se livrèrent à ces témoignages insensés de la haine. Ils auraient eu besoin de l'avis sage d'un Phocion. Un jour que sur la nouvelle de la mort d'Alexandre, le peuple athénien allait s'abandonner à l'ivresse de sa joie, Phocion le retint par cette réflexion judicieuse. " Si Alexandre aujourd'hui est mort, ainsi qu'on le publie, il le sera encore demain. Que risquez-vous donc à modérer et à suspendre les mouvements d'une joie indécente, dont la précipitation pourrait vous couter des regrets et de la honte ? "

Je dirais à toutes les personnes capables de sentir et de raisonner : " Savez-vous que la violente joie de la mort d'un ennemi respectable que vous venez d'apprendre, a quelque chose de si honteux, qu'on peut appeler cette joie un crime de lése-humanité ? Savez-vous qu'elle est aussi glorieuse pour celui qui la cause, qu'infâme pour celui qui la ressent ? " Ce n'est pas du moins avec cette bassesse d'ame que pensait Montecuculli, quand apprenant la mort de M. de Turenne, il s'écria : " Quel dommage que la perte d'un tel homme qui faisait honneur à la nature ! " (D.J.)

NOUVELLE LUNE, (Astronomie) est le nom qu'on donne au commencement du mois lunaire, ou à l'état de la lune lorsqu'elle se trouve entre la terre et le soleil, et que sa partie obscure est tournée vers nous, de manière que nous n'apercevons point cette planète : la lune est alors en conjonction avec le soleil. Voyez CONJONCTION. Les éclipses de soleil n'arrivent que dans les nouvelles lunes, lorsque la lune se trouve précisément entre la terre et le soleil ; en sorte qu'elle cache à plusieurs des habitants de la terre, ou tout le disque du soleil, ou au moins une partie de ce disque. Il y a nouvelle lune quand cette planète se trouve avec la terre et le soleil dans un même plan perpendiculaire au plan de l'écliptique ; et lorsqu'elle est outre cela dans la même ligne droite, ou à-peu-près, il y a éclipse de soleil. Voyez ECLIPSE. (O)



Affichages : 790