Ichtyologie

(Histoire naturelle, Ichtyologie) poisson singulier, qui mériterait bien d'être mieux connu, si ce qu'on en raconte est vrai : on dit qu'on le trouve dans le lac de Mexique ; qu'il a quatre pieds comme le lésard, point d'écailles, une matrice comme la femme, et le flux menstruel. On ajoute que sa chair a le goût de l'anguille, ce qui suppose qu'il est bon à manger.
ou BEKUNE, s. f. (Histoire naturelle, Ichtyologie) poisson de mer auquel on a aussi donné le nom de brochet de mer, parce qu'il ressemble à notre brochet, et que sa chair en a le gout. Il y a des bécunes que l'on appelle bécasses de mer, parce qu'elles ont le bec allongé. On pêche la bécune sur la côte d'Or en Guinée, sur les rivages avec de grands filets, dans les mois d'Octobre et de Novembre. Celle que l'on nomme bécasse de mer se trouve sur les côtes de l'Amérique ; elle a jusqu'à huit pieds de longueur. Ce poisson est fort dangereux par sa morsure surtout, parce qu'il mord hardiment sans s'épouvanter du bruit, ni des mouvements que l'on peut faire pour l'écarter. On dit que sa chair est souvent un poison aussi dangereux que l'arsenic, et on prétend que c'est lorsque la bécune s'est nourrie de mançeuille sur les côtes des îles de l'Amérique. (I)
sarda, s. f. (Histoire naturelle, Ichtyologie) poisson de mer ressemblant à la pélamyde : il est lisse et sans écailles, à l'exception des endroits qui sont sous les nageoires placées auprès des ouies : c'est-là seulement qu'il a des écailles qui font distinguer la bize de la pélamyde, qui n'en a nulle part. Au reste ces deux poissons sont si semblables, que l'on prendrait aisément l'un pour l'autre. Cependant la chair de la bize n'est pas si tendre que celle de la pélamyde, et ses dents sont plus grandes et plus courbées au-dedans de la bouche. Rondelet. Voyez PELAMYDE, POISSON. (I)

BOOPS, BOX, subst. f. (Histoire naturelle, Ichtyologie) poisson de mer qui vit près des rivages : il est de la longueur d'un pied ; il a le corps renflé, la tête courte et petite, et les yeux si grands qu'ils occupent presque toute la tête. La bogue a différentes couleurs, et des traits qui s'étendent depuis la tête jusqu'à la queue : les uns semblent être dorés et les autres argentés ; mais ils sont tous peu apparents : on n'en voit aucun sur le ventre, qui est de couleur d'argent. Ce poisson a comme la dorade, deux nageoires auprès des ouies et deux au-dessus ; une autre qui s'étend depuis l'anus presque jusqu'à la queue, et une autre sur le dos, qui va presque d'un bout à l'autre. La queue semble être composée de deux nageoires triangulaires. Rondelet. Willughby dit qu'il n'a jamais vu de bogues qui eussent un pied de longueur ; que la chair de ce poisson est de bon gout, et qu'elle ne fait jamais de mal de quelque façon qu'on la prépare. On a de ces poissons à Gènes, à Livourne, à Naples, à Messine, etc. Voyez DORADE.

gobio niger, (Histoire naturelle, Ichtyologie) poisson de mer de la grandeur du doigt; son corps est rond et noir principalement sur le devant; il n'a qu'une nageoire au-dessous des ouies, qui ressemble en quelque sorte à une barbe noire; c'est pourquoi Rondelet présume que ce poisson est celui à qui Athenée a donné le nom de bouc. Le boulerot noir vit sur les rivages. Rondelet. Voyez GOUJON, POISSON. (I)